Le volet suédois refermé, la saga Julian Assange continue

Libération.fr
Julian Assange vendredi au balcon de l’ambassade d’Equateur, à Londres.

Le parquet suédois a classé sans suite l’enquête ouverte en 2010 contre le fondateur de WikiLeaks pour des soupçons d’agressions sexuelles.

Déjà peu avare en rebondissements, la saga de WikiLeaks et de son fondateur, Julian Assange, vient de vivre un épisode spectaculaire. Vendredi, le parquet suédois a annoncé le classement sans suite de l’enquête ouverte en 2010 pour des soupçons d’agressions sexuelles sur deux jeunes femmes, qui avait entraîné l’émission d’un mandat d’arrêt européen à l’encontre de l’Australien.

Epilogue. Pour Christophe Marchand, l’avocat belge qui le représente devant la Cour européenne des droits de l’homme, cette décision est une «énorme victoire» : «Cela fait longtemps qu’on attend une solution pour sortir de l’impasse, explique-t-il à Libération. C’est la reconnaissance que le dossier, depuis le début, est vide.»«Toutes les possibilités de faire avancer l’enquête ont été épuisées, a déclaré de son côté la procureure chargée du dossier lors d’une conférence de presse. Il n’apparaît plus proportionné de maintenir la demande de placement en détention provisoire par défaut de Julian Assange, ni le mandat européen.» Le classement sans suite, a-t-elle précisé, «ne résulte pas d’un examen complet des éléments de preuve», et la justice suédoise «ne se prononce pas sur la question de la culpabilité». Epilogue d’une affaire qui traîne, sur fond de querelles procédurales persistantes entre la Suède et l’Equateur, qui a accordé l’asile au chef de file de WikiLeaks.

Il y a deux ans, trois des enquêtes ouvertes par le parquet suédois étaient tombées sous le coup de la prescription. C’est la quatrième, pour «viol de moindre gravité», qui vient d’être abandonnée. La plaignante, qui accuse Assange d’avoir, pendant qu’elle dormait, engagé sans son consentement un rapport sexuel sans préservatif, a fait savoir par son avocate qu’elle était «choquée» de la décision du parquet et maintenait ses accusations, qui seront prescrites en août 2020. Des accusations que (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La misère sexuelle de Jem l’escargot
Le Maire promet de négocier des hausses de commandes pour GM
Pour Arc International, les signaux passent au verre
Pourra-t-on un jour faire cesser les sorties homophobes de Hanouna ?
Le volet suédois refermé, la saga Assange continue

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages