Volcan en Islande : des images toujours plus spectaculaires et une éruption fissurale

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Sur les écrans de la noosphère, on ne compte plus les images de l’éruption au flanc de la montagne Fagradalsfjall, inondant de flots de matière ignée une partie de la vallée de Geldingadalur depuis le 19 mars 2021. Pour les obtenir, nombreux ont été ceux, fascinés, qui se sont rendus sur le site de l’éruption, à pied, peut-être en raison d’un souvenir profond acquis par les ancêtres de l’humanité alors qu’ils arpentaient il y a 3,5 millions d'années la savane parfois saupoudrée de cendres volcaniques dans lesquelles ils ont laissé leurs pas, comme en témoigne la piste trouvées sur le site de Laetoli en Tanzanie, à 45 kilomètres au sud des gorges d'Olduvai.


Une des vidéos de l'éruption islandaise réalisées avec des drones. © Stefan Forster

Mais, depuis les pas des premiers Hominines, comme Australopithecus afarensis, la noosphère s’est bien développée et elle est passée des bifaces aux drones et aux webcams permettant au village global de voir en direct les manifestations volcaniques des points chauds, que ce soit à Hawaï ou en ce moment, en Islande. Produits d’une croissance qui est maintenant en question, plusieurs de ces drones se retrouvent désormais hors d’usage autour des bouches éruptives, quand ils n’ont pas été engloutis dans la lave. Le journal islandais Iceland Monitor raconte en effet que, en volant au-dessus de ces bouches, des perturbations thermiques et magnétiques désorientent parfois les drones qui s’affolent, perdant notamment leur localisation par GPS. Ils se mettent alors en mode automatique et foncent droit devant eux tant que leurs batteries ne sont pas épuisées, ce qui les conduit parfois à entrer en collision avec la montagne Fagradalsfjall.


Une vue aérienne de l'éruption fissurale qui s'ajoute désormais depuis ce mois d'avril à celle du 19 mars. © Viðburðastofa Vestfjarða

La naissance du premier volcan bouclier islandais depuis des milliers d'années ?

Cela ne décourage visiblement pas plusieurs Homo sapiens qui mettent...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura