Vol MH370 : révélations sur le crash mystère

Timothée Boutry, Jérémie Pham-Lê et Vincent Gautronneau
Le Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines n’a jamais été retrouvé

La justice française est la dernière à enquêter sur le mystérieux crash du vol MH 370 dans l’Océan indien. Et son enquête avance...


C’est le plus grand mystère de l’aviation civile. Dans la nuit du 8 mars 2014, le vol MH370 reliant Kuala-Lumpur (Malaisie) à Pékin (Chine) disparaissait des écrans radars avec 239 personnes à bord. Malgré d’intenses recherches dans l’océan Indien, hormis quelques débris, l’épave du Boeing 777 de la Malaysia Airlines n’a jamais été retrouvée.

En juillet 2018, l’équipe internationale d’investigation menée par la Malaisie rendait son rapport final en indiquant que l’enquête n’avait pas permis d’établir la véritable cause de cette disparition. Judiciairement, il ne reste plus aujourd’hui qu’un seul pays dans le monde à enquêter sur cette catastrophe : la France. Une information judiciaire conduite par deux juges d’instruction parisiennes est toujours en cours.

La justice hexagonale est compétente en raison de la présence à bord de l’appareil de trois de ses ressortissants. Ghyslain Wattrelos, un ingénieur français, a perdu cette nuit-là son épouse et deux de ses trois enfants. Ce mercredi, cet homme opiniâtre était reçu au tribunal de Paris avec son avocate Me Marie Dosé pour faire le point avec les magistrats et les enquêteurs mobilisés pour résoudre cette énigme. Une réunion de plus de 2h30, en présence de membres de sa belle-famille, au cours de laquelle il a pu constater à quel point le travail fourni était colossal. Et c’est loin d’être fini.

Les enquêteurs français chez Boeing

L’enquête vient malgré tout de connaître une réelle avancée. Entre le 22 et le 24 mai dernier, les juges et les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens (SR GTA) ont enfin pu se rendre aux États-Unis, au siège de Boeing à Seattle. Le déplacement, envisagé depuis plus d’un an et demi, avait été plusieurs fois repoussé, le géant de l’aéronautique ne se montrant guère enclin à coopérer. Sur place, les visiteurs français ont (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :



Prison ferme pour un conducteur qui avait tué un cycliste car il envoyait des SMS au volant
Crash du MH370 : «Il y a un risque que je n’apprenne jamais toute la vérité»
Les féminicides surreprésentés chez les plus de 60 ans
Incendie près de Marseille : les feux sont fixés, 30 hectares de végétation ont brûlé
Canada : un homme se jette dans les chutes du Niagara… et s’en sort sain et sauf