Vol de camion, prise d’otage : la police saisit 700 kilos de cocaïne

·1 min de lecture
700 kilos de cocaïne ont été saisis par les gendarmes du Havre, après le vol d'un camion qui ne transportait officiellement... que des crevettes.
700 kilos de cocaïne ont été saisis par les gendarmes du Havre, après le vol d'un camion qui ne transportait officiellement... que des crevettes.

Le scénario est digne de la scène d?ouverture d?un bon polar. Vendredi 1er octobre, les forces de l?ordre havraises ont fait une saisie remarquable : près de 700 kilos d?une cocaïne particulièrement pure, envoyée depuis l?Amérique du Sud en direction de la Seine-Maritime. Mais plus que cette très jolie prise, c?est le déroulement de l?interpellation des trafiquants qui donne à l?affaire tout son caractère rocambolesque. Tout commence, selon Le Parisien, tôt dans la matinée de vendredi. Sur l?un des quais de l?immense port commercial du Havre, un camion et son chauffeur réceptionnent 25 tonnes de crevettes surgelées, en provenance de l?Équateur. Les fruits de mer, qui doivent être distribués dans toute la France, vont cependant rapidement susciter une surprenante convoitise.

Coke en stock

Dès la marchandise sortie du port, une Peugeot 308 noire entreprend de suivre le poids lourd et son conducteur ? loin de se douter que sa matinée va prendre un tour inattendu. À bord de la 308, quatre hommes armés qui, à peine dix kilomètres après la sortie du Havre, parviennent à bloquer la route du camion. Tout se passe alors très vite : le chauffeur, médusé, est pris en otage par deux des malfrats restés au volant de la voiture. Les deux autres s?emparent en un éclair du véhicule, et prennent immédiatement la fuite. Tout cela pour des fruits de mer ? Pas exactement : à l?arrière du camion, entre deux cartons de crevettes, se trouvent en réalité 686 kilos de cocaïne. Une c [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles