Vol au dessus d'un nid de coucou (Arte) : Le film avec Jack Nicholson a-t-il été tourné dans un véritable asile psychiatrique ?

PRODUCTION / FANTASY FILMS

C'est une histoire de fous, dans tous les sens du terme. L’aventure démarre en 1974, quand Michael Douglas et Milos Forman décident d’adapter le roman culte de Ken Kesey, Vol audessus d’un nid de coucou, paru en 1962. Pour échapper à la prison, le personnage de Randle McMurphy, fauteur de troubles, simule la folie et se retrouve interné. Révolté par la rigidité de l’infirmière en chef, la terrifiante Miss Ratched, il tente de révolutionner la vie de l’établissement. Et va en payer le prix fort.

Marlon Brando est approché pour incarner McMurphy. Il décline sèchement. Pas question de participer à un "film de tarés !" Michael Douglas propose alors le rôle à Jack Nicholson, qui fonce tête baissée. Mais si Milos Forman accepte de réaliser ce projet, c’est à une seule condition : tourner dans un authentique asile psychiatrique, avec la participation des patients. Pendant un an, il démarche des hôpitaux à travers les États-Unis. Mais lorsque leurs directeurs lisent le scénario, qui écorne les psychiatres, ils refusent. Le miracle se produit en décembre 1974 : Dean Brooks, chef de l’unité de Salem (Oregon), accepte que l’équipe s’installe pour trois mois dans ses murs. Adepte des thérapies avant-gardistes et grand cinéphile, Brooks a un coup de cœur pour le personnage de McMurphy. En revanche, il déplore le côté brouillon du scénario, qui renvoie à ses yeux une fausse image de la psychiatrie.

À lire é...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles