Voix réelles, chanteurs virtuels, le retour d’Abba sur scène

·2 min de lecture

Le quatuor suédois a sorti un nouvel album le 5 novembre 2021 et annonce une série de concerts à partir de 2022 à Londres. Mais les chanteurs et chanteuses seront visibles sous forme de clones numériques réalisés en performance capture et rajeunis de 40 ans.

Si vous aimez ABBA, ce n’est pas grave, vous avez le droit. Vous allez même avoir l’occasion de voir sur scène le quatuor suédois des années 1970, séparé fin 1982. A partir de mai 2022, ils seront à Londres pendant… quatre ans. Abba a en effet sorti un nouvel album le 5 novembre 2021, Voyage, et programmé dans la foulée cette longue série de dates dans une salle en cours de construction, dans le Queen Elizabeth Olympic Park au nord-est de la capitale britannique.

Cette , d’une capacité de 3000 personnes, est une structure un peu particulière car dédiée à un spectacle un peu particulier. Conçue sur un plan hexagonal par le cabinet d’architecture britannique Stufish, elle est montée sur un parking, à proximité d'une station de métro, et est destinée à être ensuite désassemblée et réutilisé. Mais elle ne servira pas d’écrin aux quatre chanteurs et chanteuses en chair et en os. Ce que verront les spectateurs, ce sont quatre avatars numériques réalisés par le plus célèbre des studios d’effets spéciaux, Industrial Light & Magic (ILM, la société créée par George Lucas).

Des caméras sur la tête pour faire les "Abbatars"

Pendant cinq semaines, Agnetha Fältskog, Björn Ulvaeus, Benny Andersson et se sont retrouvés dans un studio de motion capture, en combinaisons noires et bardés de repères, cernés par 160 caméras. Certaines, fixées sur la tête, cadraient leurs visages. Le groupe a interprété dans ses conditions les vingt-deux chansons qui composeront le spectacle d’une heure et demie. N’y figureront que deux des nouvelles chansons de l’album Voyage car la captation a eu lieu bien avant que les musiciens n’écrivent les autres.

Plus que de motion capture, il s’agit de performance capture : le dispositif n’enregistre pas seulement les mouvements du corps mais aussi les expressions faciales et la voix. L’ensemble des données, qu'il s'agisse des mouvements, des déplacements mais aussi de la lumière et des ombres sur la peau, a ensuite servi à animer un modèle numérique de chacun[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles