La Voix du peuple

Maxence, Philippe
/

LE FIGARO HISTOIRE - Au cours des derniers siècles du Moyen Age, des assemblées territoriales, instances médiatrices entre les sociétés et les princes, se sont développées en Europe Occidentale.

Parlement en Angleterre, états généraux en France, Cortes en Espagne, diètes dans les pays germaniques, Riksdag suédois ou Sejm polonais, les assemblées représentatives ont pullulé à l'ère médiévale, évoluant au fil du temps et variant dans leur capacité de médiation avec le pouvoir. «Au tournant de l'année 1500, conclut Michel Hébert, les assemblées représentatives sont partout.» Pourtant, il n'y a pas alors de «structure invariable» ni d'équivalence de pouvoir. Le point commun se trouve plutôt dans la prétention à représenter toute la société. Plus que fondement de la modernité démocratique, ces assemblées sont selon l'auteur des expérimentations d'instances médiatrices dans un cadre chrétien, représentatives de monarchies qui n'ont pas versé encore dans l'absolutisme. 

La Voix du peuple, Michel Hébert, PUF, 3 octobre 2018, 308 pages, 22 €.

Dans l'engrenage des guerres de Religion, 132 pages, 8,90€, disponible en kiosque et sur le Figaro Store.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

L'essai d'Ismaël Emelien, doctrine du macronisme, sortira le 27 mars chez Fayard
Strasbourg pleure Tomi Ungerer, dont les obsèques ont lieu aujourd'hui en Irlande
La Mémoire des croquants. Chroniques de la France des campagnes, 1435-1652
Les Clefs d'une vie : les éclats et brisures d'Audrey Dana
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro