Des voix discordantes se font entendre après la fin du dialogue inter-Maliens

Vingt-quatre heures après le dialogue inter-Maliens, qui recommande notamment la prorogation de la durée de la transition de deux à cinq ans, ainsi que la candidature du colonel Assimi Goïta à la prochaine présidentielle, des voix discordantes se font entendre. Une frange de la classe politique, de la société civile et des groupes armés du nord du Mali, qui n’ont pas participé au dialogue, estiment que la rencontre n’avait finalement pour but que de renforcer le pouvoir des militaires.

Avec notre correspondant régional, Serge Daniel

Plusieurs dizaines d’associations et de partis politiques estiment qu’avec ses deux recommandations phares – la prorogation de la durée de la transition de deux à cinq ans et la candidature du chef de la junte à la prochaine présidentielle –, le dialogue inter-Maliens n’a pas du tout atteint son objectif de réconcilier les citoyens du Mali.

Youssouf Daba Diawara, leader politique malien et président d’un mouvement politique « suspendu comme d’autres d’activités » par la junte, explique : « Pour nous, le dialogue qui s'est fait au Mali a raté tout son sens. Nous n'avons pas été surpris de voir les résolutions qui en sont sorties. C'était juste un moyen pour les autorités de transition de se légitimer et de se maintenir au pouvoir. »

« On va se battre pour la démocratie »


Lire la suite sur RFI