"Pas une voix au RN" ou "vote blanc": les diverses consignes pour le second tour des législatives

Jordan Bardella, Clémentine Autain et Gabriel Attal le 16 juin 2022 sur BFMTV - BFMTV
Jordan Bardella, Clémentine Autain et Gabriel Attal le 16 juin 2022 sur BFMTV - BFMTV

Ensemble dans plus de 400 circonscriptions, la Nupes dans plus de 380 et le RN dans près de 200. Ces trois mouvements politiques auront le plus de candidats ce dimanche lors du second tour des élections législatives. Mais dans de nombreux territoires, ils ne seront pas représentés. Interrogés ce jeudi sur BFMTV, Clémentine Autain (LFI, Nupes), Jordan Bardella (RN) et Gabriel Attal (Renaissance, Ensemble) ont rappelé quelles étaient les consignes de vote de leurs mouvements pour le second tour en cas d'élimination au premier.

Rassemblement national: "Ne pas choisir"

Leurs électeurs seront sans doute les arbitres de ces élections législatives. Arrivé troisième au niveau national, le Rassemblement national refuse d'appeler à voter pour la Nupes ou pour Ensemble ce dimanche. Déjà le soir du premier tour, Marine Le Pen avait demandé à ses électeurs de "ne pas choisir" en cas de duel entre les deux formations politiques.

Ce jeudi, Jordan Bardella indique que, dans sa circonscription de Seine-Saint-Denis, il "votera blanc", ne voulant "pas choisir entre deux camps qui veulent déconstruire mon pays."

Nupes: "Pas une voix ne doit aller à l'extrême droite"

Du côté de la Nupes, les duels entre le RN et Ensemble seront particulièrement scrutés. Une vague d'extrême-droite dans la centaine de circonscriptions ayant cette configuration rendrait en effet complexe l'obtention d'une large majorité pour Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale.

Mais ce jeudi, la députée insoumise de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain est claire: "pas une voix ne doit aller à l'extrême droite." Soit la même consigne que celle donnée par Jean-Luc Mélenchon au second tour de l'élection présidentielle. Sans pour autant prononcer clairement un appel à voter Ensemble.

"Tu votes pour moi à la présidentielle, je vote pour toi à la législatives", a coupé Jordan Bardella, dénonçant un "accord tacite" entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, ce dernier ayant "choisi son opposition", selon le leader du RN

"Le pouvoir a choisi son opposition pour la présidentielle, me semble-t-il. Parce que c'est l'assurance-vie... à chaque fois qu'il y a Marine Le Pen et l'extrême-droite, ça fait trois, c'est l'assurance- vie [du système], l'histoire est toujours la même", a répliqué Clémentine Autain.

Ensemble: "Pas une voix au RN", mais soutien à la Nupes au cas par cas

Dans une soixantaine de circonscriptions enfin, c'est un duel entre la Nupes et le RN qui est prévu ce dimanche. Malgré leur nombre moins important, ces oppositions seront décisives dans la future composition de l'Assemblée nationale. Pour le RN, une victoire dans une majorité de duels permettra d'avoir le plus de députés possibles. Pour la Nupes, un bon score est nécessaire pour espérer, a minima, une majorité relative

"Les consignes des Etats-majors, ça fait plaisir aux Etats-majors, mais derrière il y a des Français qui votent et qui décident indépendamment des consignes", a d'abord lancé Gabriel Attal. "Au niveau national, on a été très clair: on a dit qu'on ne souhaitait pas qu'il y ait une seule voix pour le Rassemblement national et l'extrême-droite", affirme le ministre.

Toutefois, au niveau local, certains candidats d'Ensemble ont appelé clairement à battre le RN dans les urnes en votant Nupes. D'autres sont aussi sur une ligne "ni-ni" ou sur celle prônée par l'exécutif: "pas une voix au RN."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles