Les constructeurs doutent-ils de l'électrique ? Voici leurs nouvelles stratégies

Le secteur automobile est en pleine mutation : d'ici quelques années, les moteurs à combustion classiques céderont la place aux moteurs électriques. C'est l'objectif que l'Union Européenne s'est fixé pour 2035, soit dans un peu plus d'une décennie.

Néanmoins, cette décision a été prise sans consulter les automobilistes : en effet, beaucoup hésitent à se tourner vers les voitures électriques, principalement en raison de leur prix élevé, les modèles accessibles étant peu nombreux.

Les constructeurs remettent en question l'électrification totale

Plusieurs constructeurs commencent à remettre en cause la transition complète vers l'électrique. Mercedes, par exemple, n'est pas encore prête à abandonner les moteurs à combustion interne : "Nous ne pouvons pas prédire précisément quand nous vendrons notre dernier moteur à combustion, que ce soit en 2030, 2033 ou 2035, car ce sont nos clients qui décideront", a récemment affirmé le directeur de la marque étoilée.
Chez Stellantis, des doutes similaires existent, notamment chez Jeep, qui a ajusté sa stratégie pour son dernier SUV : le Jeep Avenger est désormais proposé avec un moteur à combustion sur les principaux marchés européens, comme l'Allemagne et la France, alors que le plan initial était de ne vendre des Avenger à combustion qu'en Italie et en Espagne, où les voitures électriques sont moins populaires qu'au nord de l'Europe.
Le prix de la version électrique de l'Avenger, environ 10.000 euros plus cher que son équivalent à combustion, a également influencé cette décision. Les...Lire la suite sur Autoplus