La voiture électrique appelée à disparaître du Wyoming en 2035 par ces parlementaires

La voiture électrique appelée à disparaître du Wyoming en 2035 par ces parlementaires
Maica / Getty Images/iStockphoto La voiture électrique appelée à disparaître du Wyoming en 2035 par ces parlementaires

TRANSPORTS - En 2035 en Europe, les voitures thermiques auront disparu des concessionnaires, au profit d’alternatives plus vertes. Tout comme l’État du Massachusetts, de Washington ou de Californie. Le Wyoming, un gigantesque État de l’Ouest américain, semble lui emprunter une route différente, avec ce texte législatif daté du 13 janvier proposant d’éliminer d’ici à 2035… les voitures électriques.

Oui, vous avez bien lu, et non, il ne s’agit pas d’un canular. Le texte existe bien, proposé par des représentants républicains dont le président du Sénat de l’État, Dan Dockstader. Mieux (ou pire) encore : des élus de la Chambre des représentants, la chambre basse du Wyoming, ont également apporté leur soutien à cette initiative. Le Wyoming, veut-il revenir à la lampe à huile ? Non, mais il y a du dogme dans ce projet.

« On n’aime pas vos voitures électriques »

Il s’agit en effet, pour les responsables de la proposition numérotée SJ0004, de faire savoir qu’ils s’opposent à ce qu’ils considèrent comme une nouvelle religion venue d’ailleurs, celle des voitures électriques. Comme le rappelle Engadget, le Wyoming est le 8e État producteur de pétrole aux États-Unis, avec plus de 85 millions de barils extraits en 2021. Avec la fin annoncée de la voiture thermique, les législateurs voient un avenir sinistre pour le secteur.

Ce texte reste néanmoins purement symbolique : il s’agit d’une résolution, non d’une loi contraignante, donc les paragraphes tiennent en une page, et se résument au simple désir que d’ici une douzaine d’années, les voitures électriques aient disparu du paysage. « On pourrait y voir un trait d’humour », a ainsi reconnu Brian Boner, l’un des responsables de la résolution, dans le journal local Cow-Boy State Daily, « mais c’est un vrai problème, qui mérite une discussion publique ».

Au-delà des emplois et de la production, les élus s’inquiètent du manque d’infrastructure existant pour charger les voitures, de la question du recyclage des batteries, et des nouvelles inégalités que ce passage à la voiture « verte » pourrait induire. Des questions rationnelles que des États comme la Californie semblent balayer d’un revers de main aux yeux des représentants républicains du Wyoming. « Vous n’aimez pas nos voitures thermiques ? Alors on n’aime pas vos voitures électriques », résume le Sénateur républicain Jim Anderson. Dogme contre dogme.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi