Comment voit-on la Francophonie à Pékin?

© Stéphane Lagarde / RFI

Le sommet de la Francophonie, c’est à Djerba ce week-end en Tunisie. Un sommet observé depuis Pékin où se tenait cette semaine une conférence sur le thème de la francophonie et du développement numérique.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Le numérique au service d’un développement durable, c'est le thème du sommet de Djerba et celui de ce symposium, organisé cette semaine dans les étages d’une tour du quartier des affaires à Pékin. Autour de la table, des diplomates étrangers et des anciens diplomates chinois, ainsi que les experts d’un think tank au service du soft power chinois. Pékin voit d’abord dans la Francophonie, une organisation opposée à un monde unipolaire. Zhao Yongsheng, professeur à l’Académie chinoise des études sur l’économie ouverte : « Nous cherchons à renforcer notre collaboration avec le monde francophone, avec la France et avec les pays francophones européens, mais aussi et surtout avec ces vastes territoires francophones en Afrique. Il faut toujours chercher un contrepouvoir aux Américains. Cette démarche vise à rétablir un équilibre. »

Cheval de Troie ou espace de coopération ?

►À lire aussi : Emmanuel Macron en opération diplomatique au sommet de la Francophonie à Djerba


Lire la suite sur RFI