«Je vois qu’on vieillit», surprenante parenthèse dans le débat entre Macron et Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Jacques Witt/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Lors du débat qu'il les a opposé mercredi soir à quelques jours du second tour de la présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont baissé les armes quelques secondes, faisant allusion à leur première confrontation en 2017.

Les compteurs des deux candidats affichent 58 minutes. Le débat d’entre-deux-tours approche de la fin. Les deux finalistes de la présidentielle, qui se sont déjà affrontés en 2017 dans une ambiance âpre, différente de cette année, s’autorisent de baisser la garde quelques secondes, l’un des moments marquants de ce débat.

Après un échange sur le thème de l’insécurité , Marine Le Pen fait remarquer que «cinq minutes chacun pour parler de l’insécurité je trouve que c’est un peu juste». Emmanuel Macron approuve et Lea Salamé, maître des horloges avec Gilles Bouleau, déroule le programme à suivre, notamment des questions sur la laïcité. Les candidats se taisent et s’exécutent.

«On est beaucoup plus discipliné qu’il y a cinq ans madame Le Pen», remarque alors le président sortant. «Oui c’est vrai. Je vois qu’on vieillit», réplique la leader du Rassemblement national. «Je crois que c’est factuel. Je serais très respectueux à votre égard. Vous, ça ne se voit pas. Moi j’ai peur que ça se voit beaucoup, madame», dit-il à une Marine Le Pen, souriante.

Pire audience depuis la création du débat de l'entre-deux-tours

Près de 15,6 millions de téléspectateurs ont regardé le débat mercredi soir sur l'ensemble des chaînes qui le diffusaient . Il s’agit de la pire audience de ce format depuis sa création en 1974. En 2017, près de 16,5 millions de téléspectateurs avaient suivi le premier entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Un score inférieur à ceux de 2012 et 2007, mais proche de celui du débat entre Lionel Jospin et Jacques Chirac en 1995 et ses 16,8 millions de téléspectateurs.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles