"Je vois trop de monde dehors en mode vacances" : la semaine de Mickaël, gendarme du Centre-Val de Loire

Une voiture de la gendarmerie à la campagne (Photo d'illustration)

MARIANNE FAIT PARLER LES (VRAIS) "PREMIERS DE CORDÉE"

A partir de ce dimanche, Marianne lance une série de témoignages de "premiers de cordée", ces Français au front pendant le confinement. Caissière, policier, infirmière, urgentiste, postier, agriculteur, livreur, surveillant pénitentiaire, gendarme, maire, médecin généraliste, pharmacien... Ils continuent à travailler, au service de la population. Chaque semaine, vous retrouverez un épisode sur la vie de chacune des douze personnalités que nous suivons.

Prénom du premier de cordée : Mickaël (le prénom a été changé)

Age : 38 ans

Profession : Gendarme

Lieu de travail : Zone périurbaine de la région Centre-Val de Loire

Lieu d'habitation : Zone périurbaine de la région Centre-Val de Loire

Distance entre les deux : 2 kilomètres

Personnes dans le foyer : 5

Mickaël, 38 ans, est gendarme depuis une vingtaine d’années. Il est chargé d'effectuer les patrouilles et les contrôles du confinement dans une zone périurbaine de la région Centre-Val de Loire. Il habite une maison à 2 kilomètres de sa brigade, avec sa femme, ses enfants et "un petit bout de jardin". Pénurie de masque de protection à la gendarmerie, golfeur qui enfreint les règles de confinement, cyclistes qui se promènent à 70 bornes de chez eux... Ce maréchal des logis-chef raconte à "Marianne" la semaine écoulée, au contact avec les Français confinés.


Lire la suite