Voile islamique : la Turquie dénonce l’arrêt de l’UE autorisant sous condition son interdiction sur le lieu de travail

·1 min de lecture

La Turquie tire à boulets rouges sur l'UE. Erdogan a dénoncé aujourd'hui un arrêt de la justice européenne sur le voile. Jeudi, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) avait estimé qu'interdire le port du voile pouvait être justifié "par la nécessité pour l'employeur de projeter une image de neutralité à l'égard de la clientèle ou d'éviter des conflits sociaux". "La Cour de Justice devrait changer de nom. Cette question n'a rien à voir ni de près, ni de loin avec une cour de justice", a taclé M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul. "Il ne peut pas y avoir une Cour de justice qui ne sait pas ce qu'est la liberté de religion", a-t-il ajouté.

Le chef d'Etat turc accuse régulièrement les pays européens et l'UE d'"islamophobie". La Turquie a elle-même une histoire complexe avec le voile islamique. Le port de ce dernier a été interdit dans les institutions de l'Etat pendant des décennies, jusqu'à ce que le gouvernement de M. Erdogan l'autorise en 2013. Avant M. Erdogan, le ministère turc des Affaires étrangères avait fermement condamné dimanche la décision de la CJUE, la qualifiant de "dangereuse" et susceptible d'"alimenter la haine de l'islam".

>> A lire aussi - Peut-on m’imposer une tenue vestimentaire pour travailler ?

La cour, basée à Luxembourg, avait été saisie par deux femmes musulmanes vivant en Allemagne, une employée d'une pharmacie, l'autre comme puéricultrice. Elles contestaient devant la justice européenne l'interdiction de porter le voile islamique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Chine fait “appel à des hackers criminels" pour mener des attaques, “parfois pour du profit personnel”, dénoncent les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’UE
Covid-19 : reprise “stratosphérique” de la pandémie, s’alarme Gabriel Attal
Deux journalistes de Mediapart espionnés par le Maroc, le site d'informations porte plainte
En Australie, les perspectives d'avenir pour la Grande Barrière sont "très mauvaises" selon des scientifiques
Google Maps accusé de proposer des itinéraires de randonnée trop dangereux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles