La Voie lactée est inhomogène, contrairement à ce que les scientifiques pensaient

·2 min de lecture

Alors que les scientifiques pensaient que le gaz qui compose la Voie lactée y était réparti de manière homogène, une équipe internationale de scientifiques a démontré qu’au contraire sa composition et sa densité seraient variables.

De quoi est composée la Voie lactée ? Certes, les astrophysiciens savent qu’elle contient des étoiles, des planètes, une multitude de corps rocheux divers et variés, du gaz interstellaire, et bien sûr, du vide ! Mais est-ce que tous ces composants sont répartis de manière homogène ? C’est la question que s’est posée une équipe d’astronomes des Universités de Genève, Princeton et Sorbonne Universités dans une étude publiée dans la revue le 8 septembre 2021.

Pour cela, ils ont scruté une petite partie de notre galaxie afin d’analyser la "métallicité" du gaz qu'elle contient, un terme qui signifie en astrophysique la proportion en éléments plus lourds que l’hélium. Ils ont ensuite comparé la métallicité observée, donc la composition en éléments lourds, avec la métallicité solaire, qu’on observe dans notre système solaire. Et, surprise ! Leurs résultats indiquent une Voie lactée inhomogène, avec une composition parfois très éloignée de la métallicité solaire, atteignant "une moyenne de 54 % solaire, avec de grandes variations, sur un facteur 10 et de nombreuses régions de faible métallicité, jusqu'à 17 % solaire et peut-être moins", comme l’explique l’article.

La matière qui compose notre galaxie peut être séparée en trois catégories

Les scientifiques trient le gaz contenu dans la Voie lactée en trois catégories bien distinctes. D’abord, les gaz venant de l’extérieur de la galaxie, qui sont composés d’hydrogène et d’hélium, les éléments les plus légers qui composent la matière. Aussi dénommés "gaz vierges", les échanges entre ces gaz et la galaxie sont primordiaux, car c’est eux qui permettent la création de nouvelles étoiles, en l’enrichissant par sa périphérie : "Les galaxies sont alimentées par le gaz 'vierge' venant de l’extérieur, qui les rajeunit et permet la formation de nouvelles étoiles", explique Annalisa De Cia, professeure au Département d’astronomie de la Faculté des sciences de l’UNIGE et première auteure de l’étude.

Viennent ensuite les gaz situés entre[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles