The Voice 7 : la prestation décalée d’Ubare a donné un (gros) coup de boost aux auditions à l’aveugle

Katia Rimbert
Journaliste

Cette cinquième session d’auditions à l’aveugle a encore eu son lot de talents atypiques et ça fait du bien ! En pole position, Ubare a proposé une version complètement fantaisiste de Sympathique de Pink Martini. Mika est tombé sous le charme de cette chanteuse sud-coréenne qui a fait le voyage depuis son pays natal pour participer à The Voice. Et nous aussi !

(c) Capture d’écran TF1

Les auditions à l’aveugle de The Voice apportent chaque semaine leur lot de surprises. Ce soir, Ubare en fait partie. Loin des chansons mainstream ou reprises 36 000 fois, elle a fait son truc à sa façon. Alors comme d’habitude avec ce genre de prestation, il y a ceux qui vont totalement adhérer (lève la main si tu en fais partie) et ceux qui ne vont pas du tout comprendre l’intérêt. Mais peu importe, l’essentiel est de rester fidèle à soi-même non ?

Une voix qui vient de loin
Dès le portrait de la candidate, on a vite compris qu’on avait affaire à un ovni. La chanteuse est venue de Séoul (en Corée du Sud pour les deux du fond qui ont séché l’Histoire-Géo à l’école) pour tenter sa chance à Paris.

Cela fait seulement deux ans qu’elle a appris à parler Français et même si elle était un peu paniquée à l’idée de chanter dans la langue de Molière, elle l’a fait. Rien que pour ça, elle mérite tout notre respect, surtout quand on voit certains talents massacrer les paroles de tubes mythiques en anglais après 8 ans à l’avoir étudier.

Vous avez dit barré ?
La chanteuse est arrivée sur scène, s’est assise au piano et a démarré au quart de tour. Dès les premières notes, elle était dans son monde. Plus rien n’existait autour d’elle : la jolie brune semblait être dans sa bulle en interprétant Sympathique de Pink Martini avec un petit accent craquant.

Et pourtant, elle a eu l’intelligence de ne pas nous laisser sur le côté mais de nous emmener avec elle en sifflant (au sens propre comme au sens figuré). Un petit vent de folie, de fantaisie, d’enchantement a soufflé sur le plateau avant que la musicienne ne démontre tous ses talents au clavier dans une version jazzy. Appelez ça comme vous voulez, le résultat est là : ça avait l’air extrêmement simple. C’est un peu comme quand on zappe sur les Jeux Olympiques en rentrant de soirée ou à cause d’une insomnie. On tombe sur du patinage artistique et on se dit que ça a l’air super simple. C’est certainement ça la définition de la virtuosité.

Creuse encore, Florent !
Les rôles se sont inversés l’espace d’un instant. Mika a rejoint Ubare sur scène après qu’elle a annoncé qu’elle rejoignait son équipe – en chanson s’il-vous-plaît. Il a chanté en duo avec elle avant de lui dire “merci” en Coréen. La classe !

(c) Capture d’écran TF1

Par contre niveau classe, Florent Pagny était un peu dans les choux. Il a essayé de deviner l’âge de l’artiste. TRES MAUVAISE IDEE. “C’est impossible de savoir si vous êtes une…”. Oui vas-y Florent continue, ça démarre bien là. “C’est impossible de savoir si vous êtes une très jeune fille. Si vous avez 20 ans ou 25 ans, 30, 35 ou 40…”. On s’enfonce un peu là non ?

(c) Capture d’écran TF1

Heureusement qu’on peut compter sur Mika, grand seigneur, qui a réussi une pirouette comme on n’en fait plus. “Avec la manière dont vous chantez, vous êtes sans âge !”. Voilà qui est mieux. Pour info, elle a 29 ans Ubare.

Katia Rimbert