VOD, plateformes, streaming.... Pourquoi l'industrie du cinéma français a-t-elle gros à jouer ?

franceinfo
Depuis la première édition du Festival de Cannes en 1946, l’industrie du film a connu de spectaculaires mutations. Comment s'en sort le cinéma français aujourd'hui ? La directrice générale d’Unifrance, le président de la Fédération nationale des cinémas français et l’économiste du cinéma Laurent Creton font le point sur franceinfo.

La 72e édition du Festival de Cannes débute mardi 14 mai sur la Croisette. Sous le tapis rouge, derrière le glam et les écrans, une industrie prospère, en mutation accélérée depuis l’arrivée sur le marché des offres de Netflix, Disney ou encore Apple, et la montée en puissance des acteurs chinois. Et dans l'air, comme un vent d'inquiétude chez les distributeurs français, contraints et forcés de considérer ces nouveaux arrivants. Isabelle Giordano, directrice générale d’Unifrance, Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français, et l'économiste du cinéma Laurent Creton, professeur à l'Université Sorbonne Nouvelle, font le point sur la question.

Parce qu'elle a une place à défendre

Avec quelque 201,1 millions de billets vendus en 2018, la performance du cinéma français est stable depuis cinq ans mais cache toutefois un léger recul (4%) depuis 2017, où il s'était vendu 209,4 millions d'entrées. Le cinéma français faiblirait-il, menacé ? Non, selon Isabelle Giordano : "Nous sommes quand même le deuxième exportateur mondial de films, avec près de 250 millions d'euros de recettes plus ou moins chaque année. Il y a des milliers et des milliers de films qui se vendent chaque année, poursuit la directrice générale d’Unifrance, et même six films français qui arrivent à dépasser un million d'entrées à l'international." Richard Patry partage ce constat : "Sauf l’Inde, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi