Le VLT révèle des éruptions stellaires 10 millions de fois plus puissantes que sur le Soleil

Laurent Sacco, Journaliste

Une équipe internationale d’astronomes de l’ESO, dirigée par Yazan Momany de l'Observatoire astronomique de Padoue de l’INAF, en Italie, vient de publier dans le célèbre journal Nature Astronomy un article dont on peut penser qu’il aurait retenu l’attention du regretté physicien solaire qu’était Jean-Claude Pecker.

En effet, les chercheurs annoncent que, grâce à des observations menées au long des années avec plusieurs instruments du Very Large Telescope (VLT) de l'ESO, dont VimosFlames et FORS2 au Paranal ou encore avec l’Ultracam installée sur le  New Technology Telescope de l'Observatoire de La Silla, également au Chili, ils ont obtenu un résultat qui aurait sans doute stupéfié Galilée : la mise en évidence de l’équivalent des taches solaires sur des étoiles.

Des éruptions des millions de fois plus puissantes que sur le Soleil

Non seulement il ne s’agit pas de n’importe quelles étoiles mais les tailles des taches sont gigantesques, jusqu’à occuper un quart de la surface de ces étoiles, et elles peuvent être le lieu d’éruptions stellaires jusqu’à des millions de fois plus énergétique que celles associées aux taches solaires.

En l’occurrence, les astronomes ont étudié de plus près ce que l’on appelle des étoiles de la branche horizontale extrême (étoile EHB ou extreme horizontal branch star en anglais) et, dans le cas présent, elles se trouvent dans 3 amas globulaires. Il s’agit en général d’astres ayant environ la moitié de la masse du Soleil mais quatre à cinq fois plus chauds et qui occupent une place spéciale dans le fameux diagramme de Hertzsprung-Russell. Ce sont de vieilles étoiles évoluées d’après la théorie de l’évolution stellaire.


Les taches sur les étoiles de la branche horizontale extrême (à droite) semblent être très différentes des taches solaires sombres que l'on voit à la surface du Soleil (à gauche), mais toutes deux sont causées par des champs magnétiques. Les taches sur ces étoiles extrêmes sont plus brillantes et plus chaudes que la surface...

> Lire la suite sur Futura