Vladimir Poutine supervise les exercices militaires «Vostok-2022» tournés vers l'Asie

Au septième mois de l'offensive russe en Ukraine, Vladimir Poutine est venu, comme c’est l'usage, assister au dernier jour des manœuvres militaires annuelles de l'armée russe dans l'Extrême-Orient russe. « Vostok-2022 », c'est, pour ces exercices toujours présentés comme défensifs, moins d'effectifs que la saison précédente, mais une volonté d'affichage : le pays veut montrer sa capacité militaire et sa capacité à contrecarrer l'isolement de la Russie par les Occidentaux.

Avec notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri

Pluie battante, ciel bas et brouillard épais, tanks dans la boue et terrain détrempé... Ce final, qui se veut toujours spectaculaire, a été cette fois difficile à observer.

Pour ce dernier épisode des manœuvres sous l'égide du président Vladimir Poutine, canons, tanks et missiles résonnaient à une soixantaine de kilomètres de la frontière de la Chine qui, pour Moscou, dans cette édition « Vostok-2022 », est le partenaire étranger le plus important.

« Une nouvelle démonstration de l'amitié sino-russe »

Les analystes militaires russes y sont allés de leur pluie de commentaires sur la présence des soldats chinois. Pour l'un d'entre eux, c'est un « message aux forces qui veulent faire basculer la situation dans la région Asie-Pacifique ». Pour d'autres, c'est un « signe de l'intensification de la coopération russo-chinoise face à la politique hostile des États-Unis » ou encore « une nouvelle démonstration de l'amitié sino-russe », le terme consacré depuis plusieurs mois.


Lire la suite sur RFI