Vladimir Poutine a participé, seul, à une messe de Noël dans l'enceinte du Kremlin

C'est dans la très sécurisée cathédrale de l'Annonciation, en plein cœur de l'enceinte fortifiée du Kremlin, que Vladimir Poutine a assisté seul à une messe de minuit vendredi soir, selon des images diffusées par la présidence.

Dans un message le président russe a félicité les Orthodoxes et les "organisations ecclésiastiques" qui "donnent la priorité à la promotion de la paix et de l'harmonie interethniques et interconfessionnelles".

Le chef du Kremlin a par ailleurs souligné le soutien de l'Église aux "guerriers participant à l'opération militaire spéciale".

Cessez-le-feu très théorique

Sur le front ukrainien, la guerre se poursuit, malgré le cessez-le-feu annoncé jeudi par Vladimir Poutine pour les célébrations de Noël, l'armée russe assurant avoir "l'intention d'observer" cette trêve "malgré des tirs d'artillerie des forces armées ukrainiennes".

Cette trêve devait démarrer à 12h (09h GMT) le vendredi 6 janvier jusqu'à 24h (21h GMT) le samedi 7 janvier.

À Bakhmout, que les soldats russes tentent de conquérir depuis l'été, des journalistes de l'AFP ont entendu des tirs côté ukrainien comme côté russe une heure après l'heure théorique du début de la trêve.

Leur intensité était toutefois moindre par rapport aux jours précédents.

Dans la région de Lougansk (est), les autorités locales ukrainiennes ont mentionné vendredi 14 tirs d'artillerie et trois assauts russes et des civils qui "restent toute la journée dans leurs caves". Les autorités séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont, parallèlement, fait état de bombardements ukrainiens sur leur bastion de Donetsk.

"Cynisme" de la Russie

L'annonce par Moscou de ce cessez-le-feu unilatéral de 36 heures a été dénoncé comme une manœuvre par Kyiv et ses alliés occidentaux, Washington parlant de "cynisme".

Le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, rappelant avoir déjà utilisé cet adjectif pour décrire l'annonce russe de jeudi, a déclaré vendredi à la presse : "Je crois que la validité de cette évaluation a été confirmée, étant donné ce à quoi nous avons assisté toute la journée."

"Notre scepticisme est justifié par ce dont nous avons été témoins de la part de la Russie tout au long de ce conflit", a-t-il ajouté.

"Notre inquiétude est que Moscou n'utilise un quelconque arrêt des combats pour se rééquiper, se regrouper et enfin réattaquer en faisant preuve de plus de vengeance, de brutalité et même de létalité", a-t-il encore dit.

Washington a annoncé ce vendredi une nouvelle aide de trois milliards de dollars à l'Ukraine, comprenant la fourniture de véhicules blindés d'infanterie Bradley, de transports de troupes et d'obusiers, a révélé la Maison Blanche.