Vladimir Poutine n'assistera pas aux funérailles de Mikhaïl Gorbatchev

Une photographie de Mikhaïl Gorbatchev apposée devant ses anciens bureaux, le 31 août 2022   - Alexander NEMENOV / AFP
Une photographie de Mikhaïl Gorbatchev apposée devant ses anciens bureaux, le 31 août 2022 - Alexander NEMENOV / AFP

Des problèmes d'emploi du temps. Le président russe Vladimir Poutine n'assistera pas aux funérailles samedi du dernier dirigeant de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, mort à l'âge de 91 ans, a indiqué jeudi le porte-parole du Kremlin.

"Nous savons que la cérémonie principale sera le 3 septembre, ainsi que les funérailles, mais l'emploi du temps du président ne lui permettra pas d'être là", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, précisant que Vladimir Poutine s'était déjà rendu à l'hôpital moscovite où est mort Mikhaïl Gorbtachev pour "déposer des fleurs auprès de son cercueil".

"Éléments de funérailles nationales"

Lors de cette même prise de parole, Dmitri Peskov a déclaré qu'il y aura des "éléments de funérailles nationales", lors de l'inhumation de Mikhaïl Gorbtachev, notamment une "garde d'honneur", et que celles-ci sont organisées "avec l'aide de l'Etat". Le dernier dirigeant de l'Union soviétique s'est éteint mardi soir des suites d'une "longue et grave maladie".

L'une des principales figures politiques du XXe siècle, Mikhaïl Gorbtachev a marqué l'Histoire en précipitant malgré lui la chute de l'Union soviétique en 1991, alors qu'il essayait de la sauver par des réformes démocratiques et économiques.

Séisme géopolitique, la dislocation de l'URSS a signé la fin à la Guerre froide, dont les échos résonnent toutefois à nouveau depuis l'offensive lancée en Ukraine par l'actuel président russe Vladimir Poutine.

L'héritage de Mikhaïl Gorbatchev est controversé en Russie: s'il est celui par l'entremise duquel la liberté d'expression a pu émerger, il a été responsable pour beaucoup de l'éclatement d'une superpuissance et des années de crise qui ont suivi.

Article original publié sur BFMTV.com