Vladimir Poutine, héros inattendu d'un manga d'heroic fantasy

Jérôme Lachasse
·5 min de lecture
Le manga
Le manga

Dirigeant autoritaire et martial, aimant s'afficher avec différents animaux, des chiens, des koalas, ou torse nu à cheval, Vladimir Poutine avait tout pour devenir un personnage de BD et de manga. C’est désormais chose faite dans deux titres récents, The Ride-on King du Japonais Yasuchi Baba (en librairie le 11 mars) et Le Ministère Secret de Joann Sfar et Mathieu Sapin (paru le 5 mars).

Première BD commune des deux dessinateurs français, Le Ministère Secret (Dupuis) est un récit irrévérencieux et truculent. Le héros, un dessinateur prénommé Mathieu Sapin y tente, avec l’aide Nicolas Sarkozy et François Hollande, de sauver le monde d’un complot ourdi par Albert de Monaco et Vladimir Poutine.

Mathieu Sapin et Joann Sfar représentent Vladimir Poutine torse nu, en train de chasser des tigres blancs ou de chevaucher "son ours dressé" dans la taïga. Des images issues de la propagande de l'homme fort russe, joyeusement détournées sur les réseaux sociaux. "Non ce n'était pas un photo-montage", proteste avec humour Joann Sfar.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"On n’a pas fait beaucoup plus que montrer ce qu’on voit dans l’imagerie de Poutine. J’ai travaillé d’après photo", confirme Mathieu Sapin, dont l'alter ego de papier affronte le président russe dans un hélicoptère en plein vol.

Alors que le dessinateur s’apprête à assommer Poutine, celui-ci "crispe la mâchoire" et les "muscles puissants de son visage font glisser le projectile." "Poutine nous sert de fausse piste", prévient cependant Joann Sfar: "Le vrai méchant de notre BD, c’est Albert de Monaco! Ça aurait été trop évident d’en faire notre méchant!"

Poutinov vs. Plutinov

C’est aussi le sentiment du mangaka Yasuchi Baba, qui se défend de s’être inspiré du président Poutine pour imaginer The Ride-on King. Il y suit les aventures du président de la Prussie, Plutinov, maître des arts martiaux omnubilé par le désir de dompter les animaux. Lorsqu'il se retrouve catapulté dans un monde fantastique peuplé de centaures et de dragons, sa vie prend un tout autre sens.

"Dans mon manga précédent, Goroseum [inédit en France, NDLR], qui n'a aucun lien avec l'histoire de The Ride-on King, j’avais créé un terrifiant ennemi du nom de Poutinov qui s’inspirait fortement de l'image de puissance et de suprématie que renvoie le président Poutine", rappelle le mangaka, avant d’ajouter: "Cependant, Poutinov de Goroseum et le Plutinov de The Ride-on King, qui s’en inspire, sont diamétralement opposés dans leurs caractères."

"J’avoue que les mèmes internet où l’on voit le président Poutine chevaucher des ours et autres montages m’ont inspiré, et je me suis dit que ce serait amusant d’avoir un personnage qui ne pourrait résister à l’envie de monter des animaux", indique-t-il encore. "C’est ainsi que j’ai créé le Poutinov de Goroseum, et c’est la seule caractéristique que j’ai gardé pour ensuite créer le Plutinov de Ride-On King."

The Ride-on King est aussi né de l’envie de Yasuchi Baba d’aborder un genre très populaire depuis cinq ans au Japon, le "isekai", qui consiste à plonger un individu lambda dans un monde fantastique où ses connaissances du monde moderne vont lui permettre de s'en sortir. Dans The Ride-on King, Plutinov n’a rien de lambda et affronte des armées d’orcs qui le surnomment "l'envoyé du démon" et "le dévoreur de testicules tout crus".

Spécialiste des mangas d’arts martiaux depuis quinze ans, avec notamment la série Karate Shoukoushi Kohinata Minoru, toujours inédite en France, Yasuchi Baba rêvait d’une occasion pour réaliser un manga d'héroic fantasy, genre dont il est fan depuis toujours, mais qu’il n’avait jamais pu aborder: "lorsque la mode du 'isekaï' est arrivée, je me suis dit que c’était le moment de tenter enfin ma chance dans ce genre d’histoires."

"Un Watchmen à la française"

Mathieu Sapin comme Yasuchi Baba dessinent le plus sérieusement du monde leurs histoires décalées. "Quand je dessine Le Ministère Secret, j’y crois à 100%", commente Mathieu Sapin, qui estime avoir fait avec cette BD "un Watchmen à la française, avec un côté plus Pierre Richard."

Dessiner Poutine n’est pas un défi graphique pour le dessinateur français, qui est devenu un spécialiste des portraits de présidents avec Campagne présidentielle et Le Château (sur Hollande) ou Comédie française (sur Macron). Yasuchi Baba confesse quant à lui avoir eu plus de mal avec Poutine: "Je l’avais dessiné ressemblant dans Goroseum, et c’était une tâche plutôt ardue. Mais comme ce n’est plus d’après lui que je dessine dans The Ride-on King, je n’ai plus la nécessité de le faire ressemblant."

Si la question de la récupération politique ne se pose pas pour Sapin et Sfar, elle inquiète davantage Yasuchi Baba, qui dessine malgré tout une figure héroïque ressemblant à Poutine: "au Japon, il est considéré par les lecteurs comme un manga d’humour avant tout", répond-t-il, avant de préciser qu’il évite soigneusement de glorifier son personnage:

"Je fait agir Plutinov comme un personnage qui aurait une manière de penser, et une idéologie, contraires à celles du véritable président Poutine. Voilà pourquoi lorsque Plutinov a des interactions avec d’autres personnages, je fais en sorte qu’il ne réagisse ni ne parle comme le ferait le président Poutine. Sa position de base est de défendre l’idée que les droits humains sont plus précieux que le pouvoir, et que la gentillesse l’emporte sur la violence."

Et le mangaka de conclure: "J'espère qu'une telle représentation finira par être prise comme une sorte de satire, plutôt que comme une promotion de Poutine. Et je me dis que si les fans de Poutine le prennent ainsi, que cela les asticote ne serait-ce qu’un petit peu, j’aurai réussi mon coup."

Le Ministère Secret, Joann Sfar (scénario), Mathieu Sapin (dessin) et Walter (couleur), Dupuis, 64 pages, 14,95 euros.

The Ride-on King, Yasuchi Baba, Kurokawa, 224 pages, 7,65 euros.

Article original publié sur BFMTV.com