Vivendi annonce avoir signé "une promesse d'achat" pour acquérir 100% de Prisma Media

·2 min de lecture
Vivendi a annoncé mercredi 23 décembre avoir signé "une promesse d'achat" pour acquérir 100% de Prisma Media

Le géant français des médias Vivendi a signé "une promesse d'achat" pour acquérir la totalité du groupe de presse Prisma Media, qui revendique la place de leader de la presse magazine en France, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

Cette signature fait suite à la période de négociations exclusives avec Gruner + Jahr, filiale de l'allemand Bertelsmann, annoncée mi-décembre.

"Le projet d'acquisition reste soumis, conformément à la réglementation en vigueur, à l'information-consultation des instances représentatives du personnel de Prisma Media ainsi qu'à la finalisation de la documentation juridique", a indiqué Vivendi.

Prisma revendique la place de leader de la presse magazine en France, avec des publications comme Géo, Capital ou Voici.

Aucun montant n'a été communiqué pour cette opération.

Une telle acquisition "offrirait (...) d'intéressantes opportunités de collaboration au sein du groupe et de développement" pour les titres de Prisma, avait souligné Vivendi lors de l'officialisation du projet.

Les médias et l'édition constituent des axes de développement du groupe diversifié, qui a racheté en 2019 Editis. Ce dernier détient notamment des maisons comme Nathan, Robert Laffont ou Plon.

Vivendi a également acquis récemment une participation au sein de Lagardère, propriétaire de l'éditeur Hachette, des boutiques Relay ou encore des médias Europe 1, le JDD et Paris Match.

Premiers actionnaires de Lagardère, Vivendi et Amber Capital, qui représentent ensemble 49% du capital, voulaient renverser le conseil de surveillance du groupe, et y être représentés en nommant quatre nouveaux membres.

Mais la cour d'appel de Paris a rejeté mi-décembre le recours des deux premiers actionnaires du groupe Lagardère, qui réclamaient une assemblée générale extraordinaire en vue de remettre en cause le renouvellement du mandat de gérant d'Arnaud Lagardère.

Début novembre, des salariés des différentes branches de Lagardère avaient manifesté leur inquiétude face au risque de démantèlement de leur groupe entre ses actionnaires.

yk/ak/eb