Vive polémique au Liban après l’accord de la Syrie pour livrer de l'oxygène au pays du cèdre

Le président syrien Bachar el-Assad a donné son accord pour envoyer 75 tonnes d’oxygène au Liban, confronté à un risque de pénurie, à la demande du ministre libanais de la Santé Hamad Hassan, qui a effectué une rare visite à Damas ce mercredi. Cette affaire a déclenché une vive polémique au Liban.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

La Syrie a promis d’envoyer au Liban 75 tonnes d’oxygène d’ici samedi, le temps qu’un navire, immobilisé par une tempête qui frappe le pays, puisse décharger sa cargaison et approvisionner le marché ; 25 tonnes ont déjà été livrées ce mercredi.

La quantité d’oxygène disponible au Liban suffit à peine une journée, alors que les unités de soins intensifs sont presque saturées avec un millier de patients sous respirateur artificiel, selon le ministre de la Santé Hamad Hassan.

Cette affaire a ravivé les profondes divergences dans le pays sur la pertinence d’une normalisation des relations avec la Syrie, souhaitée par une partie des Libanais et rejetée par une autre.

À lire aussi : Coronavirus: au Liban, réouverture des bars et restaurants dans le cadre du déconfinement

Le président du syndicat des hôpitaux privés Sleiman Haroun a nié toute pénurie d’oxygène, soulignant que « deux usines produisent cette matière au Liban ».

Mais le vice-président de l’une des plus grosses usines du pays, Khaled Hadla, a assuré que la production locale était insuffisante et que le Liban importait une partie de ses besoins de Syrie, avant que ce pays ne limite ses exportations pour approvisionner son propre marché.

Farès Souhaid, un ex-député anti-syrien, a écrit dans un tweet adressé au président Bachar el-Assad : « Nous ne voulons pas de votre oxygène… Notre air est différent du vôtre ».

Son commentaire a déclenché une vive polémique sur les réseaux sociaux.