Vive polémique en Afrique francophone après la convocation d'un sommet du G5-Sahel par Emmanuel Macron

Martin Mateso

C’est une déclaration particulièrement ferme du président Emmanuel Macron qui a déclenché la polémique. Alors que la France venait de rendre un hommage national aux treize soldats français morts dans un accident d’hélicoptères dans le nord du Mali.

"Je ne peux, ni ne veux avoir des soldats français sur quelque sol du Sahel que ce soit, alors même que l’ambiguïté persiste à l’égard de mouvements antifrançais, parfois portés par des responsables politiques", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse en marge du sommet de l'Otan réuni le 4 décembre à Watford, près de Londres.

Dans une vidéo postée sur la page Facebook de son parti (LIDER), l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, interpelle le président Macron. Il refuse de cautionner l’existence d’un sentiment anti-français en Afrique francophone, où les français vivent en "parfaite harmonie" avec les populations qui les accueillent. Il suffit de se rendre à Abidjan pour s’en assurer, suggère-t-il.

"Quand on descend à l’aéroport d’Abidjan, le boulevard qu’on prend s’appelle Giscard d’Estaing, le pont qu’on emprunte s’appelle De Gaulle, la route qu’on prend pour aller à l’université s’appelle boulevard François Mitterrand. Non, nous n’avons ici en Afrique (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi