VivaTech 2024 : l'intelligence artificielle au cœur du salon annuel de la technologie

VivaTech 2024 : l'intelligence artificielle au cœur du salon annuel de la technologie

Des cellules bio-imprimées qui reproduisent la peau humaine, des prothèses de mains qui imitent parfaitement nos mouvements, l'intelligence artificielle est omniprésente à la conférence VivaTech de cette année à Paris.

Des milliers de startups et de visiteurs ont afflué au plus grand salon européen de l'innovation et de la technologie, qui a ouvert ses portes ce mercredi.

Cette année, le nombre de pays européens présents sera supérieur de 30 % à celui des années précédentes.

Plus de 3 500 exposants venant de 120 pays sont réunis pour quatre jours d'échanges et bien plus encore, selon François Bitouzet, directeur de VivaTech.

"À VivaTech, il y a trois objectifs majeurs. Le premier est de découvrir et de décrypter toutes les dernières tendances en matière de technologie et de numérique", explique M. Bitouzet, directeur de VivaTech.

" Le deuxième, c'est de faire du business, entre les startups, entre les grands groupes, entre les États, et entre les leaders de la tech. Et enfin le troisième sujet c'est vraiment de créer des connections. VivaTech c'est un événement international, 120 pays viennent ici, et pour nous, c'est extrêmement intéressant de faire en sorte, qu'une start-up du Japon, rencontre aussi un investisseur africain," a-t-il déclaré à Euronews.

Le Japon : invité d'honneur du salon

Cette année, le Japon occupe le devant de la scène en tant que pays de l'année de Vivatech. Une soixantaine d'entreprises japonaises exposent dans un espace dédié, le pavillon du Japon.

La ville de Tokyo présente SusHi Tech (Sustainable High City Tech Tokyo), un concept innovant qui vise à développer la technologie et l'intelligence artificielle, tout en s'attaquant aux problèmes environnementaux et urbains.

Le vice-gouverneur de Tokyo, Manabu Miyasaka, estime qu'il est "trop tôt pour déterminer la marche à suivre en matière d'IA dans cinq ou dix ans, compte tenu de la nouveauté de cette technologie."

"Je pense que nous devrions commencer à utiliser l'IA comme outil d'administration publique à Tokyo afin de mieux la comprendre et de voir quels sont ses problèmes et ses avantages. Nous devons comprendre la technologie pour l'utiliser au mieux à l'avenir", a-t-il déclaré dans une interview accordée à Euronews.

Le Vice-gouverneur de Tokyo, Manabu Miyasaka
Le Vice-gouverneur de Tokyo, Manabu Miyasaka - Euronews

L'objectif principal est de créer un environnement plus favorable aux startups au Japon, en particulier à Tokyo, selon le vice-gouverneur.

Cette année, les organisateurs espèrent accueillir plus de 150 000 visiteurs pour cette 8ᵉ édition.

L'événement se déroule jusqu'au samedi 25 mai (seule journée ouverte au public).