Vitry : le chauffeur qui a renversé Amir sera jugé

Fanny Delporte
Amir Cherifi est mort à 12 ans des suites de ses blessures après avoir été renversé par un camion de 26 t à Vitry le 6 décembre 2010

Ce garçon de 12 ans est mort en 2010 après être passé sous les roues d’un poids lourd, à Vitry. Sa maman a appris mercredi que le chauffeur allait être renvoyé devant un tribunal correctionnel après un classement sans suite et un non-lieu.


La nouvelle est tombée sept ans jour pour jour après l’accident. Le chauffeur qui a renversé Amir Cherifi en 2010 à Vitry-sur-Seine et qui est mort de ses blessures va finalement être renvoyé devant un tribunal correctionnel. La décision a été rendue mercredi devant la cour d’appel de Paris.

Il a donc été conclu qu’il existait des charges suffisantes contre lui. Ce alors que l’affaire a fait l’objet d’un non-lieu au mois de mai, après avoir déjà été classée sans suite en 2011.

« Je suis ravie parce que la maman d’Amir attendait cette décision depuis longtemps », a réagi Me Sophie Behanzin. « C’est un combat qui a duré sept ans », a résumé Mounira Djaghrouri, mené avec à ses côtés son avocate et Mehdi Kaïm qui s’est occupé de maintenir le souvenir du petit garçon à travers les réseaux sociaux.

« Sept ans de combat »

Amir avait 12 ans lorsqu’il est passé sous les roues d’un camion de 26 t le 6 décembre 2010 au croisement de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue Gabriel-Péri. Sa mère n’était pas à ses côtés à ce moment-là puisqu’elle venait de faire demi-tour pour récupérer le pass Navigo que son fils avait oublié chez son amie. Il était mort dix-sept jours plus tard à l’hôpital Necker à Paris, après avoir subi quinze opérations, dont l’amputation de sa jambe gauche.

Dans son ordonnance de non-lieu, qui a donc été infirmée devant la cour d’appel, la juge d’instruction du tribunal de grande instance de Créteil avait estimé qu’aucun élément ne permettait d’établir que les faits ayant entraîné l’accident « résultaient de maladresse, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement de la part » du chauffeur.

Celui-ci avait été licencié, car plus à même « psychologiquement » (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Villejuif débat des orientations budgétaires 2018
Villejuif : 80 fans face au portrait de Johnny Hallyday
Choisy : rencontrez Mourad Merzouki au théâtre
Ivry-sur-Seine : les motards du GMT 94 ont rendez-vous avec leurs fans
Villejuif rend hommage à Johnny Hallyday

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages