Viticulture : ces nouvelles pratiques qui se développent face au réchauffement climatique

La viticulture française à l'épreuve du changement climatique. L'Organisation internationale de la vigne et du vin a confirmé, mercredi, la baisse de la production viticole mondiale en 2021 pour la troisième année consécutive. En France, les rendements ont ainsi baissé de 19% par rapport à ceux de 2020, en raison de phénomènes climatiques extrêmes comme les gels et les pluies intenses . Europe 1 a rencontré des viticulteurs français du Bordelais, de la Manche et aussi installés en Angleterre pour comprendre comment ces professionnels s'adaptent au réchauffement climatique .

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Dans la région bordelaise d'abord, les vignerons qui travaillent dans un domaine de 25 hectares à Lussac, en Gironde, ont opté pour des solutions naturelles, moins chères que les technologies de pointe, pour protéger leur exploitation. Ici, pas de tours antigel qui peut coûter jusqu'à 50.000 euros, pas de bougies pour lutter contre la baisse brutale des températures.

Dans le bordelais, des solutions naturelles pour garder la fraîcheur au sol

Olivier Chaigneau privilégie par exemple la taille tardive de la vigne pour préserver au maximum les bourgeons des coups de froid dévastateurs de ces derniers printemps. "On avait l'habitude de finir fin janvier de tailler, et on avait traditionnellement des vignes qui commençaient à démarrer courant avril", explique-t-il à Europe 1. La méthode de travail a ensuite changé. "Depuis quelques années, les vignes...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles