Les viticulteurs impuissants face à l’épisode de gel et la pénurie de bougies

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Durant l'épisode de gel, les bougies, qui n'ont que huit heures d'autonomie, n'ont parfois pas suffi à sauver les nombreux pieds de vigne menacés en Bourgogne.
Durant l'épisode de gel, les bougies, qui n'ont que huit heures d'autonomie, n'ont parfois pas suffi à sauver les nombreux pieds de vigne menacés en Bourgogne.

Confrontés à des dégâts considérables et une situation alarmante qui risque de perdurer, les viticulteurs et arboriculteurs sont frappés de plein fouet par l'épisode de gel qui s'abat depuis le début de la semaine sur l'Hexagone. Comme le rapporte France 3 Bourgogne, nombreux sont ceux à se retrouver en manque de bougies antigel, qui permettent aux vignerons de réchauffer les pieds de vigne.

« Malgré les bougies, on était tellement dans le négatif que l'on n'a pas pu réchauffer », regrette un viticulteur bourguignon de Chassagne-Montrachet tandis que les bougies étaient épuisés dès le mercredi 7 avril, a confirmé François Labet, président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB).

Face à cette crise historique et des conditions jamais vues depuis 1991 à cette période de l'année en France, plusieurs centaines de milliers d'hectares de vignes sont menacés, au grand dam des viticulteurs. « On est passé dans une atmosphère humide et des températures glaciales dignes d'un mois de janvier. C'était le pire des scénarios » fustige l'un d'eux, exerçant à Chablis.

À LIRE AUSSILe gel, nouvelle catastrophe pour la viticulture

Les Chardonnay, vins les plus touchés

Durant ces nuits glaciales, les bougies, qui n'ont que huit heures d'autonomie, n'ont parfois pas suffi à sauver des pieds de vigne, tandis que les techniques de câbles chauffants et d'aspersion d'eau, plus efficaces, sont jugées trop coûteuses pour certains. « C'est une chose que je n'ai jamais vu [...] Lire la suite