vite vu

Libération.fr

Marine Francen adapte dans son premier long métrage l’Homme semence, récit-témoignage de Violette Ailhaud paru en 1919, transposé maintes fois (au théâtre, en danse, en BD). Dans un village de montagne, en 1852, à la chute de la IIe République, la jeune Violette et les autres femmes se retrouvent à vivre sans hommes (ces derniers, républicains, ont été arrêtés). La cinéaste décide de focaliser la tension du fil narratif autour de la frustration sexuelle de ces femmes. Deux ans après la rafle, un homme débarque dans un verger alors qu’elles sont en pleine cueillette de pommes. Aux allures de soft porn plat dans un Courbet format 4:3 aux paysages d’une beauté certes saisissante, le Semeur se concentre, d’une manière un peu trop appuyée de scènes clichés, sur les désirs exacerbés de ces femmes qui luttent pour leur survie (psychique face à la solitude, physique face aux moissons) et érige la sacro-sainte figure masculine en totem exclusif et beaucoup trop désiré pour être honnête. J.P.

Simon sort de l’hôpital psychiatrique et veut renouer sa relation avec une femme rabbin qui est enceinte de lui. Par hasard, il croise le chemin d’un ado, Théodore, perturbé de vivre seul avec sa mère ouvrière d’usine, et qui passe du temps à la synagogue en vue d’une imminente bar-mitzvah à laquelle, en secret, il a convié son père, un homme qu’il n’a pas connu et qui a pris la fuite quand il était encore bébé. Devenir père, en chercher un, mais dans les deux cas, se sentir mal ou être mal ressenti, voilà le sujet de ce deuxième long métrage de Mikael Buch, après Let My People Go ! (2011). Cela ressemble à une comédie qui aurait tourné au drame psychologique par déficit de gags ou excès de pathos. Le regard triste de Félix Moati est moins intéressant que la colère incessante de l’énergumène à gifler dont il s’entiche, Nils Othenin-Girard, dont c’est le premier rôle. D.P.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

«Maryline», de tournages en tournées
Ticket d’entrée
Le somptueux retour en grâce des «Tziganes»
«Bangkok Nites», passes et impasses
«Faire la parole», amours basques

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages