Vitamine D et oméga 3, des alliés contre le cancer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Cette recherche été réalisée auprès d’un groupe de volontaires de 2 157 personnes âgées en moyenne de 75 ans (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Coupler la prise d'oméga 3, de vitamine D et la pratique d'une activité physique serait un bon moyen pour limiter le risque d'apparition d'un cancer. Explications.

Selon une nouvelle étude, l’utilisation de la vitamine D, d’oméga 3 et la pratique d'une activité physique en même temps permettrait de réduire de 61% le risque de souffrir d’un cancer.

Cette recherche menée par une équipe de l’hôpital universitaire de Zurich (Suisse), dont les conclusions ont été publiées dans la revue Frontiers in Aging, a été réalisée auprès d’un groupe de volontaires de 2 157 personnes âgées en moyenne de 75 ans. Tous les volontaires ont ensuite été placés dans différents groupes afin de tester plusieurs hypothèses. Certains ont reçu 2 000 UI par jour de vitamine D3, 1 gramme par jour d'oméga-3 et a suivi trois fois par semaine les séances d’exercices musculaires. D’autres ont reçu les vitamines mais n’ont pas réalisé d’activité physique. Un autre groupe a eu seulement de la vitamine D et a pratiqué une activité physique, d’autres participants ont reçu un placebo, certains n’ont suivi qu’un entraînement physique, etc.

Un outil de prévention

Résultats ? Le groupe qui a cumulé la prise de vitamine D et d’oméga 3 avec l’activité physique a vu son risque de développer un cancer diminuer de 61 %. Parmi tous les groupes, le meilleur résultat se trouve parmi le groupe numéro 1. "Il s'agit du premier essai contrôlé randomisé à montrer que la combinaison quotidienne de vitamine D3, de compléments d’oméga-3 marins et d'un simple programme d'exercices à domicile peut être efficace dans la prévention du cancer invasif chez les adultes généralement en bonne santé et actifs âgés de 70 ans et plus", rapporte le Dr Heike Bischoff-Ferrari, auteur principal de l’étude. Avant de conclure : "Nos résultats, bien que basés sur de multiples comparaisons et nécessitant d’être reproduites, peuvent s'avérer bénéfiques pour réduire le fardeau du cancer".

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "On ne guérit jamais d’un cancer, on vit avec"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles