Grâce à la vitamine D, les femmes qui travaillent à l’extérieur sont moins susceptibles de souffrir d’un cancer du sein

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Thoughtful young woman standing against blue wall

Les femmes qui travaillaient à l'extérieur seraient 17% moins susceptibles d'avoir un cancer du sein, selon une étude danoise.

Selon une nouvelle étude, les femmes qui travaillent à l'extérieur et sont régulièrement exposées à des niveaux élevés de lumière du soleil sont moins à risque de développer un cancer du sein. Les conclusions ont été publiées dans la revue Occupational & Environmental Medicine.

En effet, des chercheurs danois ont découvert que les femmes qui passaient plus de vingt ans à travailler à l'extérieur avaient 17% de risques en moins de recevoir un diagnostic de cancer du sein que celles qui restaient enfermées dans un bureau. L'équipe émet l'hypothèse que cet effet peut être la conséquence de niveaux plus élevés de vitamine D dans l’organisme. Cette dernière pourrait donc avoir un rôle protecteur contre l’apparition de la maladie.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "50% de la population de plus de 40 ans est carencée en vitamine D"

Une exposition quotidienne au soleil

Toutefois, cette étude n'a pas examiné les niveaux de vitamine D individuels et n'a pas été en mesure d'établir un lien définitif entre la supplémentation, l'alimentation, les niveaux de vitamine D et le risque de cancer du sein. Comme le rappelle l’Anses, la vitamine D est essentielle au bon fonctionnement de l’organisme. Elle vise tout particulièrement à augmenter les concentrations de calcium et de phosphore dans le sang. En effet, un taux suffisant de calcium permet d’assurer une bonne transmission nerveuse, une contraction musculaire efficace, etc.

Dans cette étude, les chercheurs ont identifié 38 375 femmes de moins de 70 ans qui avaient reçu un diagnostic de cancer du sein primaire à partir du registre danois du cancer. Chaque individu a été comparé à cinq femmes aléatoires nées la même année dans le cadre du système d'enregistrement civil danois. Les antécédents professionnels complets ont été analysés pour voir s'il y avait une association entre la profession, l'exposition au soleil et la prévalence du cancer du sein. Celles qui avaient le plus haut niveau d'exposition cumulée avaient des cotes inférieures de 11% à celles qui travaillaient à l'intérieur.

“Cette étude indique une association inverse entre l'exposition professionnelle à long terme au soleil et le cancer du sein à apparition tardive. Cette constatation nécessite une attention supplémentaire dans les études professionnelles futures”, notent les auteurs de l’étude. Bonne nouvelle, s’exposer 15 à 20 minutes au soleil en fin de matinée ou dans l’après-midi permet de garantir un apport journalier suffisant en vitamine D.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :