Visite surprise de Nancy Pelosi et de parlementaires américains à Kiev

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a affiché la solidarité « sans équivoque » des États-Unis à l'Ukraine, au cours d'une visite surprise samedi 30 mai à Kiev où elle s'est entretenue avec le président Volodymyr Zelensky. Une semaine après le déplacement du chef de la diplomatie américaine, la numéro 3 de Washington a annoncé un « soutien supplémentaire ».

Dans une vidéo sur Twitter, le président ukrainien, flanqué de gardes armés, accueille Nancy Pelosi et une délégation du Congrès devant la présidence à Kiev, avant une réunion avec la délégation américaine.

« Notre délégation s'est rendue à Kiev pour envoyer un message sans équivoque et retentissant au monde entier : les États-Unis sont aux côtés de l'Ukraine », selon un communiqué de la délégation américaine publié à l'issue de la visite de leur délégation. Celle-ci doit se rendre ensuite en Pologne.

« Un soutien américain supplémentaire est en route », soulignent les parlementaires américains qui assurent qu'ils vont « transformer la forte demande de financement du président (américain Joe) Biden en un paquet législatif ».

Le président Zelensky s'est de son côté félicité des « signaux très importants » donnés par les États-Unis et le président Joe Biden, dont le programme Lend-Lease (« Prêt-Bail ») pour l'Ukraine. Ce dernier prévoit de fournir aux pays amis du matériel de guerre sans intervenir directement dans le conflit.

Cette visite intervient une semaine après le déplacement à Kiev du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et du ministre américain de la Défense Lloyd Austin. Ces deux responsables y ont annoncé le retour progressif d'une présence diplomatique américaine en Ukraine et une aide supplémentaire, directe et indirecte, de plus de 700 millions de dollars.

Évacuation de civils de Marioupol

Cette visite a eu lieu alors qu’un premier groupe de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l'aciérie Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne dans la ville portuaire de Marioupol, à l'issue d'intenses négociations. Toutes les précédentes tentatives d'évacuation avaient échoué dans cette zone, presque entièrement détruite après des semaines de siège et passée sous le contrôle quasi-intégral des forces russes.

Le bataillon ukrainien Azov, qui défend cette zone industrielle, a évoqué « 20 civils, des femmes et des enfants ». Mais le ministère russe de la Défense a lui affirmé que deux groupes de civils, de 25 et 21 personnes, avaient pu en sortir samedi, après l'instauration d'un cessez-le-feu et l'ouverture d'un couloir humanitaire.

« Deuxième phase » de la guerre

La conquête totale de Marioupol permettrait à Moscou de faire la jonction entre les territoires conquis dans le sud, notamment la péninsule de Crimée annexée en 2014, jusqu'aux républiques séparatistes prorusses de Donetsk et Lougansk, à l'est.

C'est justement dans ce flanc oriental que l'armée russe, numériquement supérieure à son adversaire ukrainien et mieux dotée en artillerie, grignote du terrain, en cherchant à le prendre en étau depuis le nord et le sud afin de compléter son emprise sur le bassin minier du Donbass.

Il s'agit de la « deuxième phase » de « l'opération militaire spéciale » lancée le 24 février par la président russe Vladimir Poutine, après le retrait des forces russes du nord de l'Ukraine et de la région de Kiev, mises en échec.

VIDÉO - Alésia : "La pire chose que la Russie a fait de notre peuple, ce n’est pas de nous tuer. Ils ont fait bien pire"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles