Visite de Pelosi à Taïwan: «Le plus important va se jouer dans les jours qui viennent»

La Chine a déployé mercredi une série de sanctions commerciales contre Taïwan, ainsi que des exercices militaires près de l'île, en réaction à la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi. Décryptage avec Marc Julienne, responsable des activités Chine à l'Institut français des relations internationales (Ifri).

RFI: Près de 15 heures après l'arrivée de Nancy Pelosi à Taïwan et l'annonce des actions militaires chinoises. Mis à part le survol de la zone d'identification de défense aérienne taïwanaise par des avions militaires chinois ou dernièrement l'annonce de la suspension de l'importation de certains fruits et poissons de Taïwan, il ne s'est finalement pas passé grand-chose. Peut-on tirer un enseignement de cette absence de réactions majeures ?

Marc Julienne: Il y a une absence de réactions majeures pour le moment. Il y a quand même eu des restrictions sur les importations de produits. Il y a eu les fruits et légumes, mais il y a eu aussi un certain nombre d’autres produits alimentaires. Il y a eu aussi des cyberattaques assez importantes, notamment sur des sites gouvernementaux taïwanais, et des gesticulations aériennes. Mais c’est finalement presque monnaie courante depuis deux ans dans le détroit de Taïwan.

Il y a quelques mois, le lancement de l’offensive russe en Ukraine semblait peu probable, dans le camp occidental du moins. Pourtant, le 24 février 2022, la Russie a envahi l’Ukraine. Est-ce qu’un scénario similaire avec Taïwan vous semble réaliste ?


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles