Visite de l'ambassadrice américaine à l'ONU à Taïwan : la Chine met en garde contre une "folle provocation"

·1 min de lecture

Alors que tous les regards seront braqués mercredi sur la Chambre des représentants où l'acte d'accusation contre Donald Trump pour "incitation à l'insurrection" pourrait être voté en quelques heures, l'ambassadrice américaine à l'ONU se rendra au même moment à Taïwan pour une visite de trois jours. Kelly Craft devrait rencontrer la présidente Tsai Ing-wen à Taïpeh, ainsi que le ministre taïwanais des affaires étrangères, Joseph Wu. Il s'agit de la troisième visite d'un officiel américain sur l'île depuis le mois d'août mais la plus importante en termes de protocole.

Une "folle provocation"

Les autorités chinoises demandent aux Etats-Unis de renoncer à cette "folle provocation" à moins de "payer un prix conséquent pour cette initiative malheureuse". "Toute action qui va à l'encontre des intérêts suprêmes de la Chine est vouée à l'échec et se heurtera à une contre-attaque", a prévenu le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Lire aussi - Quelle est l'origine des tensions entre Taïwan et la Chine?

Le secrétaire d'Etat sortant, Mike Pompeo, avait d'ores et déjà annoncé ce week-end que les Etats-Unis souhaitaient mettre fin à la doctrine d'interdiction de contacts officiels avec Taïwan, ce qui place l'équipe diplomatique de Joe Biden en porte-à-faux sur ce dossier ultra-sensible, à quelques jours de son installation à la Maison Blanche et au Département d'Etat. Washington n'a pas de relation diplomatique avec Taïwan et le gouvernement de Taïpeh n'a pas de représentation aux Natio...


Lire la suite sur LeJDD