En visite en Iran, Bachar el-Assad reçoit le soutien appuyé d’Ali Khamenei

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Visant notamment les États-Unis, le guide suprême iranien a réaffirmé vouloir « libérer le territoire syrien des occupants étrangers ». À l’occasion de la visite du président syrien, il s’en est aussi pris aux dirigeants des pays arabes qui fréquentent le régime d’Israël.

La dernière visite du président syrien en Iran remontait à février 2019. C’est dans le plus grand secret, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi, que Bachar el-Assad a rencontré l'ayatollah Ali Khamenei ce dimanche. La télévision iranienne a divulgué l'information seulement après son retour en Syrie.

Les relations entre Téhéran et Damas « sont vitales » et « nous ne devons pas les laisser s'affaiblir, mais au contraire nous devons les renforcer autant que possible », a déclaré l'ayatollah Khamenei, selon un communiqué publié sur son site.

« Libérer la Syrie des occupants »

Principal allié régional de Damas, l'Iran soutient financièrement le pouvoir de Bachar el-Assad et a envoyé des milliers de « volontaires » encadrés par des membres de Gardiens de la révolution, l'armée idéologique iranienne, pour se battre au côté du régime syrien, en guerre contre les rebelles et les jihadistes.

« L'ensemble du territoire syrien doit être libéré des occupants étrangers », a ajouté le guide suprême iranien, sans donner de détails, alors que la coalition internationale dirigée par les États-Unis et créée pour combattre les jihadistes en 2014 dispose encore de forces en Syrie.

Le président Assad a de son côté souligné « l'importance de la poursuite de la coopération face aux tentatives des États-Unis de susciter l'instabilité dans la région », a indiqué la présidence syrienne dans un communiqué.

► À lire aussi : Visite de Bachar el-Assad aux Émirats arabes unis, une première depuis 2011

Les alliés d'Israël dans le viseur

Cette visite intervient alors que la Russie, qui soutient également le régime du président Assad, est empêtrée dans la guerre en Ukraine. Elle intervient aussi alors qu'Israël mène régulièrement des frappes en Syrie, notamment contre des positions iraniennes dans ce pays.

Ali Khamenei a aussi dénoncé le rapprochement de certains pays arabes avec Israël. « Pendant que des dirigeants des pays voisins fréquentent ceux du régime sioniste et boivent le café avec eux, les habitants de ces pays descendent dans la rue et scandent des slogans antisionistes. »

(Et avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles