Au Caire, Sergueï Lavrov veut rassurer les pays arabes sur les importations de céréales

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a entamé ce dimanche une visite en Égypte au cours de laquelle il a rencontré le président Abdel Fattah al-Sissi et son homologue Sameh Choucri. Le Caire est la première étape d’une tournée arabo-africaine du ministre russe.

La Russie a choisi son plus vieil allié arabe pour contre-attaquer l’offensive de charme opérée il y a huit jours par le président américain Joe Biden lors du sommet de Jeddah auquel participait le président Sissi. La guerre russo-ukrainienne a été évoquée même si l’Égypte, comme la plupart des pays arabes, observe une position neutre. Dépendantes des céréales ou des armes russes, la plupart des capitales arabes sont soucieuses de ménager Moscou sans toutefois se mettre à dos les États-Unis, qui ont pris fait et cause pour Kiev.

Mais c’est sur la question du blé russe, qui constituait la majeure partie des importations égyptiennes, que l’émissaire de Moscou a insisté. Il a accusé les Occidentaux et leurs sanctions de bloquer les exportations de ce blé si important pour l’Égypte, premier importateur mondial. « La soi-disant crise alimentaire, qui est toujours attribuée sans honte à la Russie, est une histoire fausse », a-t-il martelé. Pour lui, « la crise a été aggravée par les sanctions occidentales illégales contre la Russie ».

Mais devant la Ligue arabe, c'est surtout la question syrienne qui a dominé. La Russie, grâce à laquelle Bachar el-Assad est toujours au pouvoir, prêche pour une réintégration de la Syrie au sein de la famille arabe lors du sommet qui doit se tenir à Alger en novembre.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles