Visas accordés au Maghreb : le précédent Sarkozy

·1 min de lecture
La décision de durcir les conditions d'octroi des visas aux ressortissants des pays du Maghreb augmente la pression sur les entrepreneurs et les étudiants dont les demandes sont loin d'être occasionnelles. 
La décision de durcir les conditions d'octroi des visas aux ressortissants des pays du Maghreb augmente la pression sur les entrepreneurs et les étudiants dont les demandes sont loin d'être occasionnelles.

« Du déjà-vu » balaye, un sourire las dans la voix, Jean-Pierre Cassarino. « Ce que Monsieur Attal a annoncé hier, Nicolas Sarkozy l?a déjà fait en 2005 », poursuit ce professeur au Collège de l?Europe dont quinze ans de travaux ont été consacrés aux questions migratoires. Il pointe l?absence de mémoire institutionnelle dans les gouvernements comme au sein du service d?action extérieure de l?Union européenne : « Un fonctionnaire arrive, prend une décision sans savoir qu?elle a déjà été appliquée dix ans auparavant, sans succès. »

Mardi matin, dans le studio bleu foncé d?Europe 1, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé que « la France a pris une décision drastique, une décision inédite », à savoir diminuer l?attribution des visas de 50 % pour le Maroc et l?Algérie, 30 % pour la Tunisie. Ce mercredi, le quotidien La Presse de Tunisie titrait en une : « Macron fait du Zemmour ». Preuve que le débat présidentiel tricolore est suivi de près au Sud. Les autorités n?ont pas réagi quand Alger convoquait l?ambassadeur de France et que le ministre des Affaires étrangères jugeait cette décision « infondée ». Certains journaux chargés de donner la température de la monarchie parlaient de « Zemmourisation inquiétante de l?Hexagone ».

À LIRE AUSSIVisas : pour la rue marocaine, « une punition collective »

La procédure actuelle est déjà très lourde

Le gouvernement français n?a communiqué ni calendrier ni modalités.

Pour Hamza Meddeb, chercheur au Carnegie Mi [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles