Visas. Échanges culturels : le “soft power” japonais mis à mal

·1 min de lecture

Le Japon est actuellement le seul pays du G7 à ne pas accorder de visas aux universitaires et aux étudiants internationaux, alors même qu’il a continué, depuis le début de la pandémie, à envoyer ses propres chercheurs à l’étranger.

Depuis que le Japon a instauré ses premières restrictions de voyage pour lutter contre la propagation du Covid-19, en mars 2020, très peu d’universitaires et de chercheurs étrangers ont été autorisés à entrer dans le pays, rapporte Al-Jazeera.

Le nombre total de visas délivrés par le Japon a chuté de 87 % en 2020, selon le ministère des Affaires étrangères (Mofa). Les restrictions n’ont pas épargné les étudiants étrangers : au premier semestre 2021, 7 078 étudiants internationaux ont pu entrer au Japon, un chiffre qui représente une baisse de 90 % par rapport au premier semestre 2019.

“Je ne suis pas un touriste !”

En octobre dernier, plus de 650 universitaires japonais et étrangers ont signé une pétition appelant le gouvernement à délivrer de nouveau des visas aux étudiants et aux chercheurs. Le ministère des affaires étrangères n’a pas répondu publiquement, mais début novembre une “fenêtre” a semblé s’ouvrir pour les voyageurs d’affaires et les étudiants étrangers qui avaient déposé une demande de visa – pour se refermer quelques semaines plus tard à la suite de la découverte du variant Omicron. En décembre, le Japon a de nouveau fermé ses frontières à tous les étrangers non résidents sans exception.

Le Japon est actuellement le seul pays membre du G7 à ne pas accorder de visas aux universitaires internationaux, “même s’il continue d’envoyer ses propres universitaires à l’étranger”, constate Al-Jazeera.

À lire aussi: Covid-19. Fermeture des frontières au Japon : “Est-ce

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles