"Visages villages" d'Agnès Varda et JR, un road trip photographique revigorant

Jean-Francois Lixon
Agnès Varda n'aime pas la compétition, le film qu'elle a réalisé avec le photographe-plasticien JR fut donc projeté en dehors de la course à la Palme, mais il a remporté L'Oeil d'or, Prix du meilleur documentaire à Cannes. Un road movie à travers la France et les visages des Français. Une ode à l'amitié et à la rencontre. Un souffle d'air pur à l'heure où certains travaillent à diviser le pays.

Agnès Varda, c'est la cinéaste documentariste de "Cléo de 5 à 7" (1962), de "Sans toit ni loi" (1985), de "Jacquot de Nantes" (1991) ou de "Les glaneurs et le glaneuse" (2000). Autant de films, fictions ou documentaires, habités par les visages, célèbres ou anonymes. JR, c'est ce photographe qui a habillé les murs aveugles de nos villes avec les visages et les regards de ceux qui les habitent. Immenses portraits noir et blanc. Quand ils se sont rencontrés, ils se sont trouvé un air de famille et ont décidé de travailler ensemble. Lui 33 ans, elle 88, ont pris la route au hasard  dans le camion-photomaton géant de JR, à la conquête des villages pour immortaliser les visages sans les emporter. Déposant les images noir et blanc géantes sur les façades, les murs, les trains, les conteneurs qui font le quotidien des sujets photographiés.

La hasard a toujours été le meilleur de mes assistants.

Agnès Varda


Tous ces personnages anonymes rencontrés au fil de leur voyage par Agnès Varda et JR ne sont pas l'objet du travail photographique et cinématographique de ces deux-là, il en sont bien le sujet. "Visages villages" est le récit de cette errance dans les villages de France, mais pas seulement, c'est aussi un road movie qui voit se développer l'amitié unissant cette vieille dame et ce jeune homme, au travers de toutes les rencontres suscitées par leur démarche commune. Une grande leçon d'humanité.

Comme après la lecture de certains livres, il y a des films qui donnent l'impression de sortir de la salle de projection meilleur que quand on y est entré. C'est le cas de "Visages Villages". Au fil de la pérégrination des deux compères, se tisse devant nos yeux un lien entre eux et des inconnus. Et par la magie du cinéma, ce lien parvient à nous unir aussi à eux, nous, les spectateurs de ces images, dans le noir de notre salle de projection. Il nous unit à Janine, la dernière habitante de sa rue, dans un coron du Nord voué (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr



Agnès Varda part sur les routes avec JR pour son prochain documentaire
L'album photo marseillais d'Agnès Varda
JR inaugure sa grande fresque aux Bosquets avec François Hollande
JR a mis les habitants de Clichy-Montfermeil dans une fresque
Les enfants et les adolescents très présents dans les films à Cannes cette année

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages