Viry-Châtillon : un juge va examiner les accusations de falsifications de l'enquête

·1 min de lecture

Nouveau rebondissement dans l'affaire des policiers brûlés de Viry-Châtillon. Cinq ans après l'attaque aux cocktails molotov et deux procès aux assises, un juge d'instruction va examiner les accusations de falsifications de l'enquête menée par la sureté départementale de l’Essonne en 2016.

Le parquet de Créteil, sollicité par l'AFP, a ouvert jeudi une information judiciaire contre X pour "faux en écriture publique", "escroquerie au jugement" et "violences volontaires", le tout par "personne dépositaire de l'autorité publique". Ces qualifications reprennent celles visées par quatre plaintes qui ont été déposées par la défense de plusieurs jeunes, accusant les enquêteurs de la Sûreté départementale de l'Essonne d'avoir falsifié l'enquête pour les impliquer à tort dans l'attaque.

"Naufrage judiciaire"

Le 18 avril dernier, au terme de six semaines de procès en appel à huis clos, la cour d'assises des mineurs de Paris a déclaré cinq des 13 accusés coupables de tentative de meurtre sur des policiers. Trois d'entre eux, condamnés à 18 ans de réclusion, se sont pourvus en cassation. Deux autres accusés ont été condamnés respectivement à 6 et 8 ans de réclusion.

Ce verdict, qualifié de "naufrage judiciaire" par les avocats d'une des victimes et très contesté par une partie de la classe politique, a été notamment motivé par "l'absence de preuves suffisantes" pour huit des treize accusés, selon la feuille de motivation.

La cour jugeait des faits qui s'étaient déroulés presque cinq ans plu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles