Un virus chinois et tant de questions

Tout ce qu'on sait, c'est qu'on ne sait rien, avouent en chœur des experts pas plus inquiets que cela. Mais dans le doute et alors que la propagation de l'infection à la France n'est plus exclue, une application plus stricte du principe de précaution semble désormais prévaloir. À partir de dimanche, a-t-on appris samedi soir, une équipe médicale de plusieurs dizaines de médecins et d'infirmiers est chargée d'accueillir, à l'aéroport de Roissy, les voyageurs en provenance de Chine présentant les symptômes d'une infection par le virus de Wuhan (un coronavirus baptisé 2019-nCoV). Les trois patients français touchés, qui vont bien, avaient tous séjourné dans cette ville où la maladie est apparue en décembre.

Lire aussi - Des personnes infectées en France par le virus chinois : ce qu'il faut savoir

En Chine, plus de 56 millions de personnes étaient samedi coupées du monde. Après ceux de Wuhan, les habitants de douze autres agglomérations de la province du Hubei, dans l'est du pays, sont à leur tour en quarantaine. La situation est "grave", a avoué samedi le président Xi Jinping, évoquant une épidémie qui "s'accélère". Les contrôles sanitaires des voyageurs sont systématiques dans les trains. Lundi, les séjours en groupe à l'étranger ou les réservations d'hôtels par les agences de voyages seront aussi interdits. De leur côté, les autorités de Hongkong ont déclenché samedi le niveau d'alerte sanitaire maximal et mis en place des mesures drastiques : fermeture des écoles ou annulati...


Lire la suite sur LeJDD