Virus: la Chine renforce les restrictions à l'approche du Nouvel an chinois

·2 min de lecture

La Chine a renforcé samedi les restrictions dans deux villes situées au sud de Pékin, déjà placées en quarantaine, dans l'espoir d'endiguer la flambée de Covid-19 la plus grave depuis six mois dans le pays où le nouveau coronavirus est apparu il y a un an.

A l'approche du Nouvel an chinois, célébré en février, la ville de Shijiazhuang a suspendu samedi matin jusqu'à nouvel ordre le trafic du métro afin "d'aider à la prévention et au contrôle de l'épidémie", ont indiqué les autorités. Pour leur part, les habitants de Xingtai sont interdits de quitter leur domicile pendant une semaine.

Au total, 18 millions d'habitants de la province du Hebei, dans les vastes communes de Shijiazhuang et de Xingtai, qui comptent d'importantes zones rurales, étaient déjà interdits de quitter les lieux sauf raison impérative, à la suite de l'apparition d'une poignée de cas ces derniers jours.

Les écoles sont fermées ainsi que les moyens de communication (autoroutes, aéroport, trains, autocars longue distance) dans ces deux villes du Hebei, la province qui entoure Pékin.

La Chine est parvenue dès le printemps dernier à enrayer l'épidémie qui s'est répandue depuis à la surface du globe, faisant près de 1,9 million de morts. Le pays a dénombré officiellement 4.634 morts, le dernier comptabilisé en mai.

Mais lors de la semaine écoulée, le Hebei a fait état de plus de 300 contaminations, dont près de 200 asymptomatiques. Le pays compte désormais 87.000 cas de contamination cumulés depuis un an, un chiffre sans rapport avec les bilans considérables annoncés dans les pays occidentaux.

Un responsable provincial a expliqué que la flambée épidémique était importée de l'étranger.

Les autorités chinoises soulignent ces derniers mois que les nouvelles contaminations correspondent à des souches en provenance de l'étranger introduites par des voyageurs ou bien sur de la nourriture surgelée.

Lors du Nouvel an chinois, des centaines de millions de personnes voyagent à travers la Chine pour rendre visite à des amis ou à leurs familles, le vice-ministre chinois de la Commission nationale de Santé, Zeng Yixin, s'inquiétant samedi "d'une augmentation à cette occasion du risque de transmission" du virus.

bys/cn/ahe