Virus des chevaux : une épidémie de rhinopneumonie se déploie

Une épidémie respiratoire touche le monde équestre. Les clubs, contraints de stopper les compétitions, n’ont d’autres choix que de s’adapter. Chaque matin, Amy Graham, cavalière au Haras du Ry, dans la Manche, suit un rituel précis pour approcher certains de ses chevaux, confinés. Ces derniers sont touchés par un virus sans danger pour l'homme mais mortel pour eux : la rhinopneumonie. En attendant leur guérison, ils sont huit à être tenus à l’écart dans leur box. L'inquiétude est grandissante Aucun traitement n’existe pour cette maladie neurologique. C’est donc une grande source d’anxiété pour Amy Graham ainsi que pour les propriétaires des chevaux qui lui téléphonent tous les jours. "Les docteurs vont lui faire un bilan neurologique ce matin, un peu avant midi", explique-t-elle à l’un d’entre eux. Dans le haras du Ry, l’inquiétude est palpable. "Les animaux, c’est toujours plus délicat, car ils ne peuvent pas parler et on a toujours du mal à comprendre où ils ont mal", ajoute Emmanuel Bertho, un cavalier.