Virgin Galactic : le vol inaugural est prévu au premier trimestre 2021

Rémy Decourt, Journaliste
·2 min de lecture

Il y a 16 ans, en octobre 2004, Richard Branson remportait l'Ansari X Prize, qui récompensait la première société capable de faire voler un véhicule habité à 100 kilomètres d'altitude et ce à deux reprises. Nombreux, alors, étaient ceux qui pariaient sur un développement rapide du tourisme spatial et suborbital. Il était question de vols touristiques dès 2008…

Mais, une accumulation de retards dans le développement et des difficultés techniques imprévues, notamment dans la mise au point du moteur, ont engendré des années de retard. Pire encore, le projet est presque reparti de zéro après le crash d’un SpaceShipTwo qui aura coûté la vie à Michael Alsbury, un des deux pilotes d’essai ! Mais, à force de persévérance et du soutien inconditionnel de Richard Branson, son fondateur, Virgin Galactic est en passe de gagner son pari.

Le SpaceShipTwo de Virgin Galactic lors de son cinquième vol motorisé à seulement 10 kilomètres des 100 kilomètres de la frontière de l'espace définie par la Fédération aéronautique internationale. © Virgin Galactic
Le SpaceShipTwo de Virgin Galactic lors de son cinquième vol motorisé à seulement 10 kilomètres des 100 kilomètres de la frontière de l'espace définie par la Fédération aéronautique internationale. © Virgin Galactic

Rendez-vous à la frontière de l'espace en 2021

Dans un communiqué, Virgin Galactic a annoncé qu'elle serait en mesure d'effectuer un premier vol touristique dans l'espace au premier trimestre 2021, sous réserve que les deux derniers vols d’essais habités prévus cet automne se déroulent bien. Ils auront vraisemblablement lieu à la frontière de l'espace, arbitrairement fixée à 100 kilomètres d'altitude par la Fédération aéronautique internationale, voire au-delà afin de tester les performances de l'appareil. Lors de ses vols commerciaux, peut-être pas avec les tout premiers qui embarqueront des VIP et pourraient monter plus haut, Virgin Galactic se contentera d'envoyer ses clients légèrement au-dessus de 80 kilomètres. C'est certes 20 kilomètres plus bas que la frontière reconnue par Fédération aéronautique internationale, mais cette altitude est reconnue par la Nasa, la FAA, la NOAA et l'U.S. Air Force comme frontière de l'espace....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura