"Ils nous virent pour nous remplacer par les touristes" : à Lisbonne, les prix de l'immobilier s'envolent

Louise Bodet
Les prix de l'immobilier ont été multipliés par quatre en cinq ans dans la capitale portugaise, forçant certains habitants à quitter leur logement.

300 jours d'ensoleillement par an, un régime fiscal attrayant : bienvenue au Portugal ! Dans le pays, l'immobilier et le tourisme sont des secteurs-clés de la reprise, à tel point qu'un salon leur est consacré porte de Versailles à Paris jusqu'à dimanche 19 mai. Il s'agit de la huitième édition.

Mais à Lisbonne, le boom touristique a son revers : l'envolée des prix et la dénaturation des quartiers les plus authentiques. Dans le ciel de la capitale portugaise, le ballet des avions est incessant, et au sol, il y a un gros ras-le-bol. "Ah moi, je ne les supporte plus ces touristes, s'indigne une habitante. Je ne veux rien avoir à faire avec eux."

Dans l'Alfama, l'un des quartiers historiques, "plus de la moitié des logements sont loués via Airbnb", assure Luis Mendes, géographe à l'université de Lisbonne. "Il y a une telle invasion de l'espace public, un tel bazar, que les gens ne le supportent plus. Le tourisme, le boom de l'immobilier, ça peut être positif, mais on a besoin d'une régulation, d'un équilibre entre nos territoires."

Depuis l'automne, impossible d'ouvrir un nouvel "Airbnb". La mairie a mis le holà dans les quatre quartiers les plus convoités. Pas de quoi décourager toutefois les investisseurs étrangers. Henrik Val est chasseur de biens, un métier porteur, au profit d'acheteurs (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi