Viols et agressions sexuelles dans les festivals : quelles mesures les organisateurs prennent-ils face à ce fléau ?

franceinfo Culture
Face à la multiplication des témoignages et des plaintes, les organisateurs des festivals commencent à se mobiliser. 

La saison des festivals d’été est à peine ouverte que plusieurs cas de viols et d’agressions sexuelles sont déjà à déplorer. Sur les réseaux sociaux comme dans les commissariats, les témoignages se multiplient.

"J'ai entendu la tente s'ouvrir et se fermer et j'ai été violée. Je ne pouvais pas me débattre, mais j'entendais tout et je ressentais la douleur", écrit sur Facebook une femme qui raconte dans un récit glaçant comment elle a été droguée puis violée au Hellfest. Quelques jours plus tard, deux plaintes pour viol aux Eurockéennes de Belfort ont été déposées. Deux enquêtes ont été ouvertes, notamment pour viol sur mineure. C'est un fait : ces espaces de fête, de liesse, et parfois d’excès que sont les festivals peuvent rapidement se transformer en zone d’insécurité pour les femmes.

Des chiffres accablants

Selon une étude britannique publiée en juin 2018, 30% des festivalières de moins de 40 ans affirment avoir été victimes d’agression ou de harcèlement sexuel en festival au Royaume-Uni. Et la situation n’est pas plus réjouissante en France. L’association Consentis, qui lutte contre les violences sexuelles en milieu festif, a publié un sondage réalisé auprès de plus de mille (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi