Le « violeur de Tinder » Salim Berrada condamné à 18 ans de réclusion criminelle

La justice a tranché sur le cas de Salim Berrada. Ce photographe marocain de 38 ans a écopé de 18 ans de réclusion criminelle pour des viols et des agressions sexuelles commis sur 17 jeunes femmes commis entre 2014 et 2016, relate Le Figaro. De nationalité marocaine, il est aussi condamné à une interdiction du territoire français (ITF). L’avocat général avait requis une peine de 19 ans de réclusion criminelle et une interdiction définitive du territoire français.

Un mode opératoire « organisé » et « sériel »

Vendredi 29 mars, il a donc été condamné pour 12 viols et 3 agressions sexuelles sur des victimes âgées de 18 à 28 ans à l’époque. Les plaignantes disent avoir subi des baisers et des fellations forcés ou encore des pénétrations digitales et vaginales sans leur consentement. Elles décrivent également le même mode opératoire. Ce que la cour criminelle de Paris a aussi retenu, jugeant « inquiétant » le « caractère particulièrement organisé » et « sériel de ces crimes et délits », a déclaré le président Thierry Fusina, déplorant le nombre de victimes.

Des plaignantes auraient en effet reçu le même type de messages de la part de Salim Berrada : « Ce côté à la fois sauvage et distingué m'attire, j'aimerais t'avoir sous mon objectif. » Après quelques échanges en ligne, l’homme leur proposait de les photographier gratuitement dans son studio car elles « l’inspirent ». Flattées, certaines ont accepté et se sont rendues dans son studio situé dans le 20e arrondissement de la...


Lire la suite sur LeJDD