Publicité

Une violente tempête fait au moins trois morts en Californie

Une violente tempête continue de menacer mardi la Californie, après avoir provoqué de dangereuses inondations accompagnées de vents cinglants, faisant au moins trois morts et privant d'électricité près d'un demi-million de foyers.

Des trombes d'eau tombent sur le sud du "Golden State", où il pleut sans discontinuer depuis plus de 24 heures. Dans le nord, où les rafales ont été très violentes, au moins trois personnes sont mortes dimanche à cause de chutes d'arbres, selon les autorités locales.

"C'est une tempête majeure, avec des conséquences dangereuses qui peuvent potentiellement mettre des vies en danger", a averti le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, en proclamant l'état d'urgence dans huit des 58 comtés de l'Etat.

Ceux de Los Angeles, Orange, Riverside, San Bernardino, San Diego et Santa Barbara, tous situés dans le sud, sont notamment concernés.

Les autorités multiplient les messages de prudence, car la pluie doit se poursuivre jusqu'à mardi, voire mercredi. Elle tombe sur des sols déjà saturés par une première tempête la semaine dernière, ce qui augmente les risques d'inondations, car la terre n'absorbe plus rien.

"Comme un coup de tonnerre"

"L'agglomération de Los Angeles, ainsi que les régions situées à environ 50 miles (80 km, ndlr) à l'est et à l'ouest, restent exposées à un risque élevé d'inondations graves, de coulées de débris et de glissements de terrain pendant au moins les prochaines 24 heures", a averti lundi Daniel Swain, spécialiste des phénomènes météo extrêmes à l'Université de Californie à Los Angeles.

Comme le reste de la région, la ville de Los Angeles subit des inondations capables de couper certaines routes ou intersections, ainsi que de dangereux glissements de terrain. Cela a notamment poussé les autorités à émettre des ordres d'évacuations pour les collines de Hollywood et de Santa Monica, qui surplombent la métropole.

Dans cette zone cossue, des coulées de boue ont littéralement enterré des voitures et fait glisser une maison hors de ses fondations, selon des images de la chaîne locale KTLA.

"Ça a résonné comme un coup de tonnerre", a expliqué Dave Christensen, un riverain, auprès de cette chaîne.

"Quand je suis sorti pour voir ce qui s'était passé, j'ai vu un chauffe-eau à la place de la maison, et effectivement, la maison avait glissé le long de la pente jusque sur la route", a-t-il précisé.

Pour Los Angeles, "hier a été la dixième journée la plus pluvieuse depuis que nous avons commencé à enregistrer les niveaux de précipitation en 1877", a souligné la maire Karen Bass lors d'une conférence de presse lundi.

"Maintenant plus que jamais, restez en sécurité et évitez les routes. Ne sortez de chez vous qu'en cas d'absolue nécessité", a-t-elle insisté.

"Rivière atmosphérique"

Plus de 300.000 foyers et commerces restaient coupés d'électricité lundi dans l'après-midi, selon le site spécialisé PowerOutage.us. Cela touche particulièrement le nord de l'Etat, où des vents à plus de 160 km/h ont été enregistrés dans la région de San Francisco dimanche.

Lundi, des dizaines de vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Los Angeles ont été annulés ou retardés.

Comme la précédente tempête, celle-ci est due à une "rivière atmosphérique": un gigantesque couloir de pluie qui transforme la vapeur d'eau emmagasinée dans les tropiques autour d'Hawaï. En Californie, ce phénomène particulier est surnommé "Ananas Express".

La côte ouest des Etats-Unis a enduré un hiver anormalement pluvieux l'an dernier, à cause d'une série de tempêtes très rapprochées qui ont provoqué des précipitations avoisinant des records.

Ces catastrophes avaient fait plus d'une vingtaine de morts et provoqué de nombreux dégâts et coupures d'électricité. Mais elles ont permis à la Californie de reconstituer une partie de ses réserves en eau après plusieurs années d'intense sécheresse.

Historiquement, la Californie est habituée à alterner entre coups de chaud et pluies intenses et il est toujours compliqué de lier un événement météorologique particulier au changement climatique.

Néanmoins, les scientifiques avertissent depuis des années que le réchauffement de la planète dérègle le climat et renforce la fréquence des événements extrêmes, qu'il s'agisse de tempêtes ou de canicules.

VIDÉO - Crise au Sénégal : les députés se penchent sur le report de la présidentielle